Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Switch

Avis : Little Town Hero [Playstation 4]

Comme je dis souvent lors des show live, notamment des Nintendo Direct, je n’attends jamais rien, comme ça que des surprises et pas de déceptions.
C’est aussi ce que je me suis dit en me lançant dans le jeu Little Town Hero, signé Game Freak le studio travaillant sur la licence Pokemon. Je n’en attendant rien, donc aucune chance d’être déçu… Sauf que… Finalement c’est la grande douche froide. Explication:

Dans Little Town Hero vous incarnez Axe (vous pourrez changer son nom), un jeune garçon (qui n’a pas perdu la mémoire) mais qui a juste envie d’aventure. Notre Little Hero vit dans un petit village coupé du monde dans lequel il ne se passe pas grand chose. Désireux de partir à l’aventure notre héros et son rival rencontrent par hasard un maître d’arme qui va leur donner quelques conseils pour de potentiels combats à venir face à des monstres vivants à l’extérieur.

Après la découverte d’une pierre rouge vous conférant une étonnante force, va suivre l’apparition mystérieuse d’un monstre venu de l’extérieur du village. Et ce ne sera que le premier d’une longue liste qui vous poussera à découvrir pourquoi la tranquillité millénaire de votre village est ainsi mise à mal.


Avec ce scénario original, Little Town Hero débute assez bien, malheureusement je ne pourrais pas vous en raconter la suite puisqu’au bout de 9-10 heures de jeu, j’ai mis fin à mon aventure totalement blasé par un système de combat pourtant à l’idée très intéressante, mais au combien difficile à mettre en place et d’une lenteur tout simplement tragique.
Les combats sont, ajoutés aux nombreuses quêtes Fedex (encore eux), l’essence même du jeu ce qui vous en conviendrez devient assez rédhibitoire si on n’accroche pas au style choisi par les développeurs. Et c’est le cas ici.

Little Town Hero_20200714213953

Je voulais vous expliquer le système de combat de façon simple, mais l’ayant trouvé assez complexe, j’ai finalement préféré vous en parler en détail.
Préparez le Doliprane.

Nous voilà parti pour un système de combat alliant un tour par tour classique et jeux de cartes façon cartes attaques et cartes magies, avec un soupçon de jeu de plateau. Imaginez simplement que votre héros a des idées pour attaquer mais qu’il va devoir les concrétiser. Vous disposez ainsi de compétences nommées Izzits que vous devez convertir en Dazzits. Pour cela des points d’actions (au nombres de 3 au début puis allant jusqu’à 6) sont attribués à chaque Izzits.
Ces Dazzits existent en trois couleurs, les rouges pour l’attaque, les jaunes pour la défense et les bleues que l’on appellent spéciale.
Les rouges et jaunes disposent de points d’attaque et de défense, alors que la bleue vous permet d’infliger des dégâts à l’adversaire ou d’améliorer vos stats.

Mais quel est le but de tous ces points ? Il s’agit de contrer les idées de l’adversaire en réduisant à 0 les points des Dazzits adverse. On appelle ça un « break ». Pour faire perdre des points de vie aux monstres face à vous, il faudra ainsi breaker toutes les idées de l’ennemi pour obtenir le « all break ». Si il vous reste des cartes rouge (d’attaque) mais également des points de pouvoir alors vous pourrez utiliser la carte d’attaque pour frapper. A contrario si vous n’avez plus assez de points de pouvoir vous ne pourrez pas attaquer et passerez directement au tour suivant… Et ainsi de suite jusqu’à la défaite de votre adversaire.
Donc pour détruire un Dazzit il faut qu’il n’ait plus aucun point de défense. Lorsque vous utilisez un Dazzit sur un ennemi avec l’un des vôtres, chacun des Dazzits s’infligent le montant équivalent à ses points d’attaque. Après un premier face à face il est possible que votre Dazzit ait survécu. Attention car les rouges et jaunes sont différents. Rouge il sera inutilisable pour le reste du tour et s’il est jaune il sera réutilisable à volonté tant qu’il lui reste des points de défenses.
Durant le combat vous allez également recevoir des BP qui servent à récupérer les idées utilisées précédemment, lorsque votre stock est vide. Les BP permettent également d’échanger des Izzits si les vôtres ne sont pas à votre goût. Sachez aussi que lorsque vous perdrez un cœur, vous récupérerez toutes vos idées.
Vous disposez, comme votre adversaire, de trois points de vie mais également de points de bouclier appelés Guts. Déjà qu’il est assez long (euphémisme) de faire perdre des points de vie durant les combats, vous allez aussi devoir venir à bout de ses points de bouclier…

Little Town Hero_20200714102924

Tout ça c’est pour le premier tour et ceux qui suivent. Mais entre les tours, vous allez lancer un dé qui vous permettra de vous déplacer sur la map où à lieu le combat. Généralement là, dans un quartier de la ville ou bien dans le village. Suivant le chemin que vous avez choisi d’emprunter (plus précisément la case choisie), vous pourrez profiter de certains avantages techniques. En effet, sur certaines cases se trouvent des alliés qui apportent de l’aide durant le combat. Plusieurs types de coups de main sont disponibles suivant la case choisie. Certains amis infligent des dégâts aux Dazzits, d’autres permettent aux Izzits de revenir, et puis certains villageois nous offrent même de nouveaux Izzit très puissants (malheureusement assez difficile à placer).

Le système de combat est assez compliqué, non pas à assimiler mais plutôt à mettre en pratique. Les Izzits de votre personnage et ceux de vos adversaires sont distribués de façon aléatoires (vous pourrez recommencer un combat plusieurs fois, vous ne retrouverez pas les mêmes) ce qui rend la chose immédiatement compliquée si vous avez été mal servi. Le combat peut alors prendre une tangente assez … ennuyeuse car vous ne pourrez jamais prendre l’ascendant sur le monstre face à vous. Impossible donc de créer une sorte de deck et le gérer de façon plus ou moins stratégique. Dans le meilleur des cas, soit les ‘All Breaks’ vont s’enchaîner pour vous deux, soit vous n’arriverez jamais à porter une attaque ce qui dans les deux cas ne mènera à rien mise à part passer au tour suivant. Au pire, vous devrez à contrecœur utiliser un Dazzit spécial vous coûtant un cœur. Les combats peuvent ainsi durer… éternellement ou presque. J’ai lâché l’affaire plusieurs fois arrivé au vingtième tour sans avoir pu porter un seul coup.

Si vous avez digéré votre Doliprane passons à la suite. Entre ces combats ennuyeux vous allez vous balader dans le village pour les fameuses quêtes dîtes du célèbre distributeur de colis. Ces quêtes sont d’une banalité affligeante mais il ne faut cependant pas les laisser de côté car elle rapportent (comme les combats) des points Eureka utilisables sur l’arbre de compétence.

Little Town Hero_20200714223933

D’un point de vu esthétique, Little Town Hero est un jeu GameFreak cela ne fait aucun doute. C’est mignon. Mais malheureusement ça ne va plus loin car les décors sont pauvres et trop souvent identiques pour que l’on en garde un souvenir impérissable. De là à le comparer à ses cousins Pokemon Epée/Bouclier il n’y a qu’un pas. Je ne sais pas s’il s’agit du même moteur graphique mais personnellement je ne lui trouve pas beaucoup de qualité. En dehors des personnages principaux, les modèles de villageois sont très restreints et se limitent à dix têtes différentes, avec tous plus ou moins la même face. De plus on ne peut qu’être abattu de voir dans une si petite ville aussi peu de vie. Deux enfants qui courent ici et là de façon répétés, quelques décors qui se déplacent et voilà. Franchement décevant. Il y a également les animations durant les combats sont toujours les mêmes que cela soit face à un boss, un monstre lambda ou bien face à votre rival (que vous allez souvent rencontrer). Enfin et j’en terminerai avec ça, la caméra qui certes tourne de façon horizontale, mais pas ou très peu à la verticale se qui gâche totalement la perceptive. Tout ça est un peu triste et laisse un goût d’inachevé. En 2020, qui plus est dans un si petit environnement, nous sommes en droit de ne plus mériter ça.
Côté musique ça reste sympa et on appréciera d’entendre de jolis thèmes et boucles… sauf si on doit se les farcir durant un combat qui n’en fini pas. Pour info la bande son composée par Hitomi Sato (Pokémon), ainsi que par Toby Fox qui a œuvré sur Undertale. Pour les voix… Non oubliez les voix, GameFreak a préféré nous servir des Bip Bip totalement insupportables que j’ai préféré réduire au silence dans les options du jeu. Cerise sur le gâteau, le titre est full Anglais, n’espérez donc même pas profiter de l’histoire si la langue de J. K. Rolling vous effraie !


Si vous avez assez de courage il semble que Little Town Hero se termine en une quinzaine d’heures voir un peu plus pour terminer toutes les quêtes. Je n’ai pas pu aller jusque là, vous m’en voyez navré.
Grandement refroidit pas un système de combat qui s’annonçait intéressant Little Town Hero n’est pas digne de paraître en 2020, surtout lorsqu’il est développé par une société telle que GameFreak. Il aurait très bien pu voir le jour sur GameCube ou Playstation 2, mais pas sur Playstation 4 ou Switch…
GameFreak a voulu faire différent et s’éloigner de Pokemon pour s’aérer la tête après plus de 20 années Pikachu et Cie, finalement ce n’était peut-être pas une bonne idée.


littleGenre : T-RPG / Tour par Tour 
Langue : Anglais
Développé par : GameFreak 
Edité par : GameFreak
Taille : 2741,00 MB
Sortie : 16 octobre 2019
PEGI : +7
Plateforme : Playstation 4, Switch

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.