Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Switch

Avis : The Legend of Heroes – Trails of Cold Steel III [Switch] [Playstation 4]

Nous voilà devant une série de J RPG qui commence mine de rien à durer. The Legend of Heroes, c’est une production signée Falcom qui a vu le jour en 1989 sur Megadrive et Super Nintendo (entre autres) et qui a réellement commencé à émerger en 2004 grâce à la PSP avec The Legend of Heroes: Trails in the Sky. Entre temps la série est passée sur Windows, mais également sur Saturn, Playstation et plus récemment Playstation 4 et Vita avec The Legend of Heroes VII: Trails from Zero (issu de la ludothèque PSP).


C’est en 2013 qu’arrive The Legend of Heroes: Trails of Cold Steel III sur Vita et PS3 avec une adaptation signée Xseed pour sortir le jeu de l’archipel Nippon. C’est principalement grâce à cette adaptation que la série connait un succès relatif hors Japon grâce à une histoire et un background des personnages assez poussé.
Si vous n’avez pas joué aux deux premiers Trails of Cold Steel, vous pourrez tout de même vous pencher avec intérêt sur ce nouvel épisode même si vous risquez de passer à côté de nombreux éléments importants. Ce Trails of Cold Steel III reste heureusement jouable mais vous risquez de vous retrouver un peu perdu par moment. La traduction française permet de rattraper le coup avec en plus un résumé intéressant des deux premiers épisodes, mais incomplet, présent dans le menu principal.

Trails of Cold Steel III se déroule un an et demi après la fin du second opus. Rean Schwarzer que l’on incarne depuis le premier épisode, est devenu un héro de guerre après avoir ramené la paix en Erebonia. Il devient alors instructeur de la fameuse Classe VII à l’Académie Militaire Thors dans lequel il était lui-même élève par le passé. Ainsi vous l’avez compris, nous reprenons le rôle qu’avait Sara Valestein dans l’opus précédent et nous allons devoir montrer à tous que nous avons les épaules pour former une toute nouvelle génération de combattants alors qu’un nouveau conflit et un nouvel ennemis sont en approche.

Comme dans toute bonne suite qui se respecte Rean va retrouver de nombreux personnages des volets précédents mais aussi d’autres séries de l’univers Trails (notamment dès le début avec le premier boss Ines et Ennea dans Trails of Azur)! J’avoue être surpris de voir qu’il y a finalement un lien entre chaque série Legend of Heroes.

Plutôt que de perdre du temps à parler de l’histoire, parlons immédiatement de gameplay que l’on découvre avec la rencontre des premiers boss dans un combat déjà épique (et qui sert ici de tuto) puisqu’il s’agit du facteur essentiel (en partie) dans un RPG tactique au tour par tour.
Et c’est ici que les problèmes commencent. Car après avoir passé de nombreuses heures sur un autre RPG qui commence par P et qui termine par Royal, ce titre de Falcom sonne malgré lui bien vieux et bien trop complexe pour donner du plaisir surtout si vous êtes nouveau venu sur la licence. Le titre se veut Old-School et assurément il l’est.
Peut-être que les fans apprécieront les quelques améliorations et de nouveaux mécanismes, mais le tout reste ‘ancien’ et bien trop compliqué pour un nouveau venu.


Il y a beaucoup à apprendre; Le mécanisme d’union entre ses personnages, les contres attaques, la gestion de l’ordre d’attaque, les ordres de bravoure, les crafts et super crafts, les arts, l’exaltation, des combats de méchas bien plus fréquents et l’arrivée d’une jauge de break (Rupture) pour chaque ennemi. Cette jauge doit être brisée pour pouvoir attendre vos ennemis, il faudra pour cela trouver leur point faible. Il faudra également éviter de spammer vos attaques S-Craft avant de briser cette jauge de Rupture car vous perdrez en efficacité.
Des systèmes de combats que l’on retrouvent dans de nombreux autres RPG japonais et qui compilés tous ensembles en font un jeu riche et varié car même s’ils font bon ménage rendent le tout trop … lourd.

A côté des phases de combats, comme pour Persona 5, il faudra occuper vos élèves avec une gestion du temps au quotidien. Quêtes obligatoires ou quêtes annexes lors de vos jours travaillés vous aurez des points qui vous permettrons par la suite d’augmenter les liens qui vous unissent aux personnages vous accompagnant. Des liens évidemment à ne pas négliger et à répartir de façon équilibrée ou bien avec les personnages avec qui vous avez des affinités (mais cela ne regarde que vous). 5 niveau de liens sont possibles pour combiner des actions durant les combats. Durant les jours de repos vous devrez ainsi choisir avec qui passer du temps et ainsi partager une activité. D’ailleurs il faut admettre qu’elles sont variées. Bains (mixtes), pêche, jeux de carte, cuisine… J’en passe et des meilleures. 
Encore une fois, rien de révolutionnaire, mais le tout reste agréable et casse la répétition des combats. C’est ici que l’on découvre le background des personnages. Vous vous attacherez à certains d’entre-eux et vous en pesterez d’autres, mais dans tous les cas, les histoires de chacun sont bien travaillées, la chose n’a pas été faite à moitié. Et puis forcement l’arrivée de la langue française, non pas dans les voix, mais le texte permet enfin d’en profiter au maximum. Ne gâchons pas notre plaisir, même si il y a de nombreux textes à lire, le titre de Falcom n’étant pas avare en dialogue.

 

Esthétiquement j’aime beaucoup la DA de la licence. Les personnages sont vraiment beaux. En ce qui concerne l’aspect technique par contre, c’est la douche froide. Clairement, c’est largement en dessous de mes espérances. On est clairement ici sur la version paru en 2017 sur PS3. Textures, animations, non rien y fait, la Switch, fait une fois de plus, pâle figure. Côté Playstation 4 c’est à peine plus beau, clairement pour les deux il faudra se contenter de quelques beaux effets de lumières. D’ailleurs oubliez également la présence (ou presque) de cinématiques animées. Je trouve cela vraiment dommageable lorsque l’on a une DA aussi belle.
Pas besoin de faire un long chapitre sur la bande son. Falcom a réalisé là un excellent travail. Vous allez rapidement vous en rendre compte. Orchestrations, moments importants, tout est vraiment bon. C’est un régal. 


Que dire si ce n’est que ce troisième volet de Trails of Cold Steel 3 ne s’adresse qu’aux fans de la licence. C’est en effet une entrée dans l’univers et la mythologie Legend of Heroes assez complexe qui ne permet pas de profiter à 100% de ce qui se déroule dans le jeu. A se demander pourquoi Falcom et NIS n’ont pas proposé sur la console hybride de Nintendo une petite compilation regroupant les deux premiers titres de la saga. Le long (!!) texte proposé dans le menu reste le minimum requis pour apprécier ce qui nous est proposé
Ceci étant, un autre souci viendra amoindrir le plaisir de la découverte, un système de combat assez complexe et cela malgré toutes ses qualités. 

Mis à part ces inconvénients, le titre reste bon. On prend effectivement du plaisir à avancer grâce à une histoire intéressante et des personnages attachants. Le gameplay assez varié pour un RPG apporte également un plus.
Il faudra compter plus de 60 heures de jeux (dont plus de 40 de dialogues) pour connaître la fin de ce troisième volet et être prêts à s’attaquer au quatrième (qui arrivera sous peu sur Playstation 4 et durant l’année 2021 sur Switch). 


Genre : RPG Tour par Tour 
Langue : Anglais/Français
Développé par :
Falcom
Edité par :
NIS America
Taille : 7.2 GO
Sortie :
30 Juin 2020
PEGI :
+12
Plateforme :
Switch, Playstation 4, PC

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.