Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Steam Test Switch Test XBOX ONE

Test : Astérix et Obélix XXL 3 Le Ménhir de Cristal [Xbox One]

Astérix et Obélix sont pour ainsi dire des vieux de la vielle en matière de jeux vidéo, car on les retrouve dès 1983 avec un titre éponyme sur Atari 2006 (simple adaptation d’un jeu des Looney Toons). Si il y a eu des titres disponibles sur Comodore 64 et CPC 464 d’Amstrad, c’est pour ma part sur Master System puis NES que j’ai découvert nos deux héros de BD issu des cerveaux de Uderzo et Goscini sur les consoles respectivement de Sega et Nintendo.
A l’époque les jeux étaient bons, surtout celui de la MS alors développé par Sega himself. On pouvait déjà jouer avec Asterix ou bien avec Obélix, chacun possédant des particularités physiques propres.

Les générations de gamers et de consoles passent et nos deux Gaulois restent, persistent et signent parfois avec brio et parfois sans briller.
Ainsi la série Asterix et Obélix XXL revient pour une troisième mission après un retour HD de Mission Las Vegum paru en 2005 sur Playstation 2.
Je dois avouer que je ne m’attendais à voir revenir cette série, mais Microids a tenté l’aventure et a plutôt, je dois l’avouer, réussi son coup malgré quelques petites choses assez déplaisantes.

Il était une fois, un village d’irréductibles Gaulois… Tout commence par une belle journée calme où tout débute évidement par une bonne chasse aux sangliers. Une fois de retour au village, le vieux Panoramix, vous explique qu’une prêtresse du grand nord, Hella Finidrir (humour) originaire de l’île de Thulé (Islande), a été enlevée par les vilains canoniques de la BD, les Romains. Pour la retrouver, vous allez devoir vagabonder dans les îles du Nord, traverser de nombreux camps Romains tout en distribuant de nombreuses baffes et coups de menhir. Mais pas n’importe quel menhir puisque celui que vous allez transporter est magique et possède de nombreux pouvoirs spéciaux (le feu, la glace et le magnétisme) que vous allez développer niveau après niveau.

save_741945618359692176190.png

Vous voyez venir le gameplay qui s’offre à vous ? Une succession de niveaux longs, linéaires où vous allez tabasser du Romain par centaine façon Beat them All et accompagné de quelques idées de gameplay censés varier la chose et briser la monotonie des combats interminables.

Avec un scénario prévisible, le gameplay essaie de casser la monotonie pompeuse. Frapper du Romain risque de rapidement vous saouler surtout qu’ils sont nombreux les bougres. Quelques puzzles à résoudre, des séquences de cache-cache ou des labyrinthes apportent de la fraîcheur au titre. Malheureusement ils sont trop peu nombreux pour apporter un réel plus mais marque un manque d’équilibre évident.
Dans les sections bastons, on retrouve des niveaux qui se présentent tels des donjons avec des Romains de plus en plus costauds et possédants chacun certaines capacités. Je pense notamment à ceux possédant un bouclier assez barbant à éliminer si votre barre d’énergie est faible. Si on s’imagine alors des combats excitants, il n’en est en fait rien du tout car on s’ennuie assez rapidement à force de donner des coups seuls. Car oui, autant il est possible de jouer en coop, le mode solo montre rapidement ses faiblesses dû une IA de votre coéquipier totalement aux abonnés absents. Car pendant le temps où vous essayez de vous sortir du trac-nard Romains à coup de poings, Obélix ou Astérix (selon qui vous avez en main) ne fait rien ou pas grand chose. Du coup face à une marrée d’ennemis on fini par se sentir un peu seul. Avec une mauvaise gestion de la vie c’est bien la mort qui vous pend au nez. Malheureusement si cela vous arrive, il faudra recommencer l’intégralité du camp depuis le début! Frustrant, surtout étant donné la longueur de certains.
On vous offre (moyennant finance) la possibilité d’acheter quelques améliorations pour booster vos personnages (coups spéciaux supplémentaires, plus de vie…) identique à Asterix et Obélix XXL 2 malheureusement cela n’apporte rien de réellement concret in game.

save_726250659894851722405.png

Visuellement le jeu est plutôt joli et se démarque réellement de son prédécesseur (en 3D avec gestion de caméra) en se rapprochant des derniers films d’animations Astérix avec une caméra fixe. D’ailleurs la modélisation des personnages ou des environnements est un sans faute. On pourra tout de même reprocher un souci de caméra suivant certains endroits ou zones pas vraiment adaptés. Quant aux synchronisations labiale, on aurait pu avoir mieux, mais cela reste correct et bien mieux que certains titres dont les dialogues sont bien plus mis en avant (à noter que vous reconnaîtrez facilement certaines voix bien connues) .
Qui dit Asterix, dit bons jeux de mots à la française dont dernièrement Alexandre Astier s’est fait l’illustre représentant. Ici, si on peut retrouver quelques traits d’humour fidèles à l’esprit de Goscinny et d’Uderzo, on s’aperçoit rapidement que cela ne vole pas bien haut. Ce n’est pas sur ce jeu que vous aurez fréquemment le sourire, je suis très déçu de ce côté là.


Malheureusement, beaucoup de petits détails viennent mettre à mal ce que le jeu a de bon. Si j’ai déjà parlé de la caméra je n’ai pas mentionné le fait que lorsque Astérix ou Obélix disparaissent derrière des bâtiments, ils apparaissent en transparence, ce qui n’est pas le cas de vos adversaires. Il faudra donc attaquer sans rien voir. Peut-être que la possibilité de tourner légèrement la caméra aurait été un petit plus. Même problème de caméra avec les plateformes où un placement imprécis nous fait rater de nombreux sauts. Les quelques quêtes annexes secondaires sont souvent ridicules et ne semblent être là que pour vous faire perdre du temps. Ramener poules et compagnie, ça marche un temps, mais pas de façon continue. Heureusement certaines sont bien plus intéressantes et longues. Ce qui m’amène à la durée de vie, absolument dérisoire : le titre approche en effet une durée de vie de 8 heures grand maximum, sans les quêtes. Il faudra quelques heures de plus pour le 100% dans les camps et toutes les quêtes annexes.
On peut aussi se montrer un peu déçu de voir que durant les traversées en bateaux il n’y ait pas de phase de baston contre les pirates notamment et que quelques quêtes soient tout simplement raccourcies par une simple cinématique.

save_75735228350404585400.png


Alors oui il est plaisant de se retrouver avec Astérix ou Obélix et de taper sur les soldats de César, mais les petits défauts sus nommés font que le plaisir ne dure pas longtemps du tout. Les jolies graphismes, l’humour ne font pas tout et c’est malheureusement sur ce genre de jeu que l’on est en droit d’attendre bien plus. L’expérience solo se révèle au final ennuyeuse et est fort heureusement sauvée par la possibilité de jouer à deux n’importe quand. Une opportunité qui grâce à la coopération sauve ce Ménhir de Cristal.
Mais une question reste tout de même à poser… où sont les boss ?


Asterix 3

Genre : Beat them All
Langue : Français
Sortie : 21/11/2019
Développeur : OSome Studio
Éditeur : Microïds
Taille : 2,19 Go
PEGI : 7
Disponible sur : XBox One, Playstation 4, Switch, PC


Jeu offert par l’éditeur

Vous pourriez également aimer...