Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Switch

Test : Steven Universe Sauve la Lumière [Switch]

steven-universe.jpg

Genre : T RPG / RPG Tour par Tour / Plateforme
Langues : Anglais Sous-titres : Français
Développé par : GrumpyFace et Capybara Games
Édité par : Just for Games
Sortie France : 02/11/2018 (Démat) 06/2019 (Physique)


Je peux maintenant le dire, j’ai demandé ce jeu pour l’association ACJV (Association Crécyssienne de Jeux Vidéo), car après avoir vu le trailer, j’ai littéralement craqué.
Je me suis dit qu’étant donné le style graphique proposé c’était l’occasion idéale d’apprendre aux plus jeunes ce qu’est un RPG au tour par tour. Une occasion parfaite aussi pour découvrir une licence qui sort un peu du lot.

Je ne connaissais pas Steven Universe avant d’avoir ce jeu en main et comme par hasard la voilà qui arrive sur Amazon Prime. Certes pour le moment seul les 52 épisodes (de 11 minutes max) de la saison une sont disponibles, mais cela m’a suffit pour m’attacher aux personnages et encore plus apprécier ce T RPG au potentiel incroyable.

Clairement il s’agit d’un coup de coeur et après plusieurs heures de jeu, je peux même vous certifier qu’il égale un Mario et Luigi sur 3DS, puisqu’il en reprend intégralement le gameplay. Mais j’en ai déjà trop dit avant mon test et ma conclusion.


L’histoire se déroule à Plage-Ville où Steven vit avec trois Gemmes de Cristal : Grenat, Améthyste et Perle. Steven est à moitié humain, à moitié Gemme. Il est en effet l’enfant de Rose Quartz, l’ancienne cheffe des Gemmes de Cristal et d’un père humain, assez ringard, patron d’un lavomatic et accessoirement ancien membre d’un groupe de Rock. Steven est continuellement occupé à accompagner ses amies Gemmes dans leurs aventures à sauver le monde. Mais il lui arrive de rester avec ses amis de Plage Ville ainsi qu’avec Connie Maheswaran dont il est amoureux.

La première saison pose les bases de l’histoire de Steven et de ses amis les Gemmes : comment il apprend par exemple à utiliser ses pouvoir, ou bien comment fusionner avec Connie. On y rencontre aussi des ennemis ou des lieux que nous reverrons par la suite dans les saisons suivantes, mais aussi dans le jeu. On découvre aussi pourquoi Rose Quartz s’est rebellée avec l’aide des autres Gemmes de Cristal afin de protéger la planète et ainsi comment est né le petit Steven. Son père n’aime pas trop la magie, pourtant après la destruction de son lavomatic il va prendre la décision de partir à l’aventure avec son fils.

Steven Univers Sauve la Lumière prend place après que notre héro ai trouvé un prisme de lumière, lui permettant de créer un double de lui-même.
Une nouvelle Gemme du nom de Essonite veut récupérer son bien. C’est après avoir écrasé que le lavomatic de Greg Univers que nos héros vont partir à la recherche de Steven de Lumière.


Pas besoin de vous signaler que le titre reprend à 100% les bases de la série de Cartoon Network, si bien que l’équipe du dessin animé a travaillé sur le jeu. L’auteure évidemment, mais on y retrouve aussi les mêmes voix US. Les lieux, de nombreux thèmes musicaux ou bien encore des vannes sont des clins d’oeil continus à la série.

Les fans ne pouvaient attendre mieux qu’un tel jeu. Nous petits français devront nous contenter des sous titres, il est d’ailleurs dommage de ne pas profiter des voix de Marie Facundo (Steven) qui joue aussi le rôle de Lynn dans les Loud, de Marie Diot (Grenat et Connie) connu pour avoir doublé dans Atomic Betty ou Angelo La Débrouille, sans oublier Alice Taurand (True Blood, The 100) qui joue ici le rôle de Améthyste et Anouck Hautbois (ici Peridot) qui plus connue pour préter sa voix à Ondine (Pokemon) et Marinette dans Miraculous. Un beau casting qui ne prend pourtant pas part au jeu vidéo.

On notera donc ici et là des petits rappels des épisodes anciens ou plus récents, notamment au tout début du jeu où la map nous incite à aller à la rencontre de la boite aux lettres, (l’épisode 2 de la saison une où Steven reçoit son sac à dos Cheesburger) ou bien encore lorsque l’équipe arrive dans le Champ de Bataille des Fraises où Perle et Steven nous font remarquer que l’on vient souvent dans cet endroit. Les attaques et l’utilisation des Gemmes respectent au mieux l’esprit de la série écrite par Rebecca Sugar. On retrouve les fusions entre Gemmes ainsi que celle de Connie et Steven : Stevonnie. Notre héros de 14 ans s’amuse aussi à donner des noms à tous les boss qu’il rencontre et c’est à nous de choisir suivant les propositions.

Visuellement vous le voyez, le style est assez proche de la série, sans pour autant être identique. Il est un moins rond et j’en suis presque à préférer celui du jeu que celui de la série. Côté décors rien à redire, nous somme dans l’univers de Steven, avec les lieux, les habitants de Plage-Ville. J’aime beaucoup le choix pris par les développeur de proposer des plans fixes qui suivent les personnages avec une simple rotation de caméra. Cela permet de s’imaginer un peu comme dans une BD, avec des cases où Steven et ses amis peuvent aller où bon leur semble. Le petit point négatif, c’est que parfois il est difficile de savoir où il faut aller. De même parfois certains objets sont cachés dans ces lieux introuvables. Il faut alors ne pas hésiter à se balader partout sur la map.
A noter que comme dans la série, des petits détails geeks sont glissés ici et là. Dans l’épisode 2 de la première saison, on peut voir dans la chambre de Univers une N64, qui devient dans le jeu une Game Cube. Toujours dans la série, Sonic et Cloud de FF7 sont aussi visible, alors que le jeu vidéo est souvent mentionné au fil des niveaux.
Pour la bande son c’est encore une petite merveille. Si parfois on retrouve certains bruitages issus de la série, la musique est orientée de la même façon, à savoir Chiptune, ou Drum & Bass. Toujours zen, on s’étonne de ce choix artistique pour ce genre de dessin animé. Seuls les combats sont un peu plus pêchus avec notamment le père de Steven qui assène aux ennemis des riffs de guitares. A contrario je pourrais reprocher que les boss ne possèdent pas de thème particulier. Rien de bien méchant, mais cela retire de l’importance et de l’intensité au combat.

Comme j’ai pu vous le signaler en début de ce test, le gameplay rappelle celui de la série des RPG Mario & Luigi, mais aussi celui de Grandia. Un excellent mélange qui me ravi au plus haut point, puisque je considère ce dernier comme le meilleur système de combat.
Vous avez des points étoiles qu’il faut utiliser pendant qu’une barre de temps s’écoule. Vos attaques vont de 1 points à 6 suivant vos compétences alors que votre nombre d’étoiles au départ est de 5. Si vous laissez un tour se passer, vous voilà à 10 pour asséner des coups bien plus puissants. Il faudra faire attention au tempo, qui comme dans Mario & Luigi vous permet d’être plus efficace en attaque, mais aussi en défense.
Dans votre sac à dos Cheesburger vous pourrez mettre à l’infini des objets récupérés durant le voyage. Des gâteaux pour les soins, mais aussi des points étoiles qui serviront lorsque vous serez en difficulté. Chaque personnages possède ses propres attaques, ses propres fusions et son propre rythme. Il vous faudra apprendre à maîtriser tout le monde, car tout le monde vous sera utile suivant ses compétences durant l’aventure.

Il faudra aussi apprendre à connaitre les techniques de vos adversaires. Certains possédant un bouclier, il faudra trouver une solution pour attaquer à un moment. Idem pour les boss, certains ne pouvant être touchés de près, il faudra bien préparer les membres de votre équipe en choisissant les bons membres. Les patterns ne sont pas très difficiles à apprendre.
La difficulté est très bien dosée. Il y a rien de bien compliqué ce qui évite de devoir farmer bêtement durant des heures pour avancer. Au pire cela peut permettre de raccourcir les combats car ils peuvent sembler long.
Parmi les niveaux, il y aura beaucoup de choses à récupérer pour atteindre le 100 %. Il n’est jamais difficile de les trouver, car au fil des compétences et de l’arrivée de certains personnages certaines choses inatteignables au début seront ainsi facile à dénicher.

La durée de vie est assez courte pour ce genre de jeu, comptez 10 heures pour un joueur classique et un peu moins pour un expert. Certes cela peut paraître léger, mais Steven Univers est avant tout destiné à un jeune public et je pense qu’il s’agit là d’un bon compromis pour ne pas le blazer face à un titre trop long et qui au final se trouverai inintéressant.


Steven Universe Sauve la Lumière est donc une excellente surprise.
A l’exception de quelques bugs qui freezent le jeu (rien de bien grave grâce aux sauvegardes automatiques), ce RPG au tour par tour est un vrai coup de coeur.
J’ai hâte de le faire découvrir aux plus jeunes de l’association, comme un premier pied dans l’univers de Steven, mais surtout comme une première approche du RPG, un genre peu connu et malheureusement évité par cette génération.
L’approche est simple, tout est détaillé pour aider, les sous titres en Français sont clairs et précis. Tout est fait pour une prise en main rapide.

J’ai pu lire que si on ne connaissait pas la série et son univers en détail, le jeu vous paraîtrait fade, vide et simplet. Il n’en est rien. J’ai adoré et cela m’a même poussé à m’intéresser à l’univers de ce petit bonhomme rondouillard. La série cache vraiment beaucoup de sensibilité. Derrière ce côté amitié et héroïque que l’on retrouve souvent, on y retrouve de l’humour aussi (pas autant que sur Adventure Time), mais aussi une ambiance très mature parfois. La fin de la saison 1 est très forte, très poignante au niveau de la relation entre Steven et les Gemmes. Idem pour certains épisodes, nettement plus sombres et à la teneur plus délicate, plus adulte. Parfois ils sont totalement en décalage avec d’autres épisodes précédents résolument tournés vers la détente et le psyché. La série est référencée jeune public, mais elle peut vous intéresser aussi, surtout si, comme vous avez pu le voir dans ce test, elle s’adresse aussi aux geeks à certains moment.


Jeu offert par Just for Games pour la réalisation de ce test


Si vous désirez acheter ce jeu et soutenir le blog

Vous pourriez également aimer...

0 commentaire

  1. […] peu au même titre que le très bon Steven Univers et son côté enfantin, Destiny Connect Tick Tock Travelers propose une aventure au gameplay simple […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.