Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Switch

Test : Trials Rising

NSwitch_TrialsRising.jpg

Genre : Course Moto / Party Game / Die & Retry
Langue : Français
Sortie : 26/02/2019
Développeur : Redlynx
Éditeur : Ubisoft
Taille : 7886,34 MB

8.5/10


Je ne pouvais pas ne pas vous parler de Trials Rising sans une certaine excitation.
Un Trials sur une console Nintendo, c’était inespéré ! Qu’il aurait été bien de voir cette licence arriver à l’époque sur la Wii ou la 3DS !!!
La patience ça à du bon dit-on et effectivement, il aura fallu attendre 10 ans pour voir arriver les moteurs vrombissants des motos de Redlynx sur une console de Big N !

Enfin, car depuis le temps que ce cher Psyhodelik nous fait la promo de Fusion sur sa 360, j’étais très impatient de pouvoir m’éclater manette en main sur une de mes consoles de cœur, seul, mais aussi entre amis. Car si Trials est un jeu solo et communautaire il est aussi un jeu familial et multijoueur. Avez-vous déjà participé à ce jeu durant une convention et face à plusieurs adversaires ? Je crois qu’on a rarement fait mieux en terme de fous rires et de bonne ambiance (je pourrais tout de même vous sortir un bon nombre de jeux équivalants en terme de plaisir, mais je n’ai pas envie).

Possesseur de Switch, mais pas de Xbox One ou de PS4, j’avais une réelle envie de jouer à ce jeu si particulier (au point de posséder une communauté unique en son genre) grâce à l’hybride de Nintendo, c’est désormais possible.
Alors que vaut Trials Rising sur Switch ? Est-ce un nouvel porte-étendard en matière de party game ? Est-ce que la Switch tient le coup ? Et surtout Trials Rising est-il le digne successeur de Fusion et de Evolution ?

52669939_2326202860736712_8955853418933518336_o

La règle est simple, terminer le plus rapidement possible le circuit, au guidon de votre moto (ou BMX) tout en affrontant des adversaires (fantômes -le plus souvent). Pour vaincre le chrono et arriver premier, il faudra ternir compte des réactions physiques de votre deux roues motorisés. Votre corps et le poids de votre moto sont à prendre en compte pour progresser et maîtriser au mieux les difficultés du terrain. Ce ne sera pas évident. On ne devient pas pilotes de motocross en quelques secondes.
A ce titre les gars de Redlynx et de Ubisoft Kiev nous proposent pour la prise en main quelques petites séances initiatiques qu’ils ne faudra pas négliger, surtout si vous êtes un newbee en la matière. Car oui, Trials Rising se mérite, c’est un jeu qui invite, mais surtout oblige à la persévérance.
Rassurez-vous, les développeurs ont fait un travail incroyable sur la difficulté, car elle s’avère très très progressive. Chaque terrain de cross, chaque compétition, chaque entrainement est bénéfique pour votre façon d’appréhender les pistes et surtout à bien comprendre comment cette force physique agi sur le comportement de votre bécane.
Le dosage des gâchettes (frein, accélération) et le stick seront vos seules contraintes techniques. Le reste sera de l’apprentissage uniquement. Après, soit vous avait du skill, soit, vous n’en avez pas. Mais dans ce jeu, il ne faut pas abandonner.

A ce titre, Trials Rising va vous emmener à l’école des pilotes, pour les bases tout d’abords, mais aussi plus tard pour des actions à réaliser plus complexes. La prise en main est constante et niveau après niveau, vous arriverez à progresser. Une fois au point, vous pourrez affronter les pistes plus difficiles. La Trials Academy, est saine pour vous, elle vous veut du bien.

52631611_2326195310737467_4639079182402322432_o

Les mini-jeux, ne sont pas en reste, tant pour vous détendre que pour vous apprendre quelques tours de passe-passe. Comme certains exercices, ils vont se déverrouiller au fil de votre progression. Il vous faudra donc un peu de patience car certains sont assez loin à aller chercher. L’attente pourra être longue si vous progressez lentement. Accrochez vous au guidon !

Maintenant que vous êtes sorti de l’Academy, c’est le moment de partir à l’aventure sur les routes d’Amérique du Nord, puis de l’Europe, puis du reste du monde. Les défis sont très variés. Bien plus que sur les épisodes précédents. En dehors des habituels chronos en solo à la recherche de l’or et des défis face à un trio de bikers, le jeu propose tout naturellement un gros niveaux de rejouabilité, avec de nouveaux objectifs. Terminer avec un sans faute, réaliser un certain nombre de backflip ou frontflip ne seront que du gâteau, face à ce qui vous attend une fois arrivé au niveau 50.
En attendant d’en arriver à ce niveau extrême, vous allez pouvoir participer aux épreuves finales dans des arènes, en affrontant par élimination des adversaires (8, puis 4 et enfin, une finale). Le tout en affrontant des adversaires venant de tout horizon, puisque le jeu est cross-plateforme. Vous pourrez même télécharger des fantômes d’autres motards pour vous entraîner.

52833019_2326196150737383_2430859121969332224_o

Niveau durée de vie, évidemment Trials Rising fait fort et devient même un jeu au potentiel illimité ! Car comme on vient de le voir, arriver au bout du mode carrière est très long. Il faudra sans doute farmer pour débloquer toutes les courses, mais c’est surtout le mode éditeur de niveau qui rend ce jeu si intéressant pour qui aime le challenge et avoir de la nouveauté quotidiennement ou presque. Les meilleurs créateurs vous proposeront des pistes de niveaux Ninja, à savoir une difficulté plus extrême encore. Seuls les meilleurs d’entre-vous arriveront à terminer ces tableaux.
Si vous vous sentez l’âme de concepteur de piste de cross, n’hésitez pas à vous lancer. Le moteur ici proposé est le même que celui du jeu, donc cela vous donne une idée du potentiel créatif qui est à votre disposition. L’éditeur de niveaux créé par RedLynx vous donne accès à moult outils mais surtout à plus de 8000 éléments. Bref, il n’y a pas ou presque de limite à votre créativité. La prise en main n’est pas simple, mais elle est assez rapide. Dommage que l’écran tactile de la Switch soit complètement délaissé pour la création.
Trials Rising nous propose aussi des boites à gagner à chaque montée de niveau. Tout est ici aléatoire et malheureusement les loots qui proposent équipements, vêtements ou stickers nous offrent par moment beaucoup de double voir de triple ! Heureusement on peut revendre ce qui ne nous intéresse pas. Pour progresser concernant les équipements routiers tous ou presque se débloquent au fil du temps et des niveaux, mais à coup de crédits (de l’argent virtuel qui s’amasse après les victoires). Vous pouvez toutefois utiliser votre propre argent en achetant des glands si cela ne va pas assez vite (la troisième moto n’étant disponible qu’au niveau 42). Trials Rising s’inscrit donc dans cette folie qu’est la micro-transaction.

52933300_2326200160736982_7883004136382267392_o

Visuellement le jeu de Redlynx est assez beau. Suffisamment joli du moins pour pouvoir apprécier les décors qui sont assez fournis. Pas de quoi être époustouflé, mais ils sont vivants et cela suffit amplement car ce n’est pas vraiment ce qui nous préoccupe dans ce genre de jeu. Ce qui est intéressant c’est la variété des pistes proposées. Du château germanique folklorique où vous serez poursuivit par des vagues de flèches, à la visite de Tchernobyl en passant par le désert égyptien, il y en a pour tous les goûts. J’ai particulièrement apprécié celle qui a lieu à Hollywood.
A côté de ça, on sent la console de Nintendo souffrir un peu. Du clipping, de l’anti aliasing, du brouillard, des textures qui pop comme par magie et quelques ralentissements sont présents en mode télé. Même si cela ne gâche en rien le plaisir de jouer lorsque la petite hybride est sur son dock, car cela reste tout de même fluide, c’est nettement mieux en mode portable. Tous les petits maux dont souffre le jeu s’envole presque immédiatement. Dommage pour ceux qui veulent se faire plaisir à 4 sur un écran géant.
Pour la musique les développeurs ont fait un gros cadeau aux amateurs de Rock, de Metal et de Hip Hop. Seulement une trentaines de titres de disponible, mais quels titres ! Entre « Goddamn I’m Dead Again » de Sum 41, « Hungry » de Airbourne, « Victory or Die » de Motorhead, « Sum of Us » de Jurassic 5, on peut aussi entendre, Trivium, Billy Talent, Aceyalone ou bien encore les punks de Ravi & The Rexers. Un vrai bonheur auditif, à peine gâché par une certaine redondance lorsque l’on joue quelques heures d’affilé. D’ailleurs une sorte de radio façon Metropolis Street Racer ou GTA aurait pu être sympa histoire de profiter (peut-être de plus de titres), d’une playlist plus précise, notamment pour ceux qui n’aime pas le Metal ou le Hip Hop. En tout cas les titres choisis collent parfaitement au jeu quelque soit le style et ça c’est vraiment très sympa. Une sorte de cerise sur le gâteau.


Mis à part ses petits soucis techniques et les chargements un peu longs, ce Trials Rising sur Switch est un petit bijou à jouer. Si comme ses prédécesseurs cela manque un peu de variété dans les circuits proposant des parties à 4, cela est comblé par le sourire et les coups de gueule entre amis.
Les éléments de personnalisation et l’éditeur de niveaux archi complets, le tout soutenu par des fans et une communauté française incroyable, en font un titre avec une durée de vie extrêmement longue.
Malgré les années de silence un Trials reste un Trials, fidèle à lui-même, c’est à dire cool, sans prise de tête, mais qui demande une implication maximale (on ne devient pas un excellent pilote en quelques jours).
Si la série s’est un peu écartée du délire Fusion et notamment de son DLC Awesome Level Max, l’humour et le fun sont désormais dans l’ADN du jeu et de Redlynx.
Ce jeu offre le plaisir du multi, le plaisir du jeu solo et celui du jeu en ligne !
Tout simplement un must have pour les plus courageux d’entre-vous.

NSwitch_TrialsRising.jpg

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.