Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Steam Test Switch Test XBOX ONE

Test : Woven [Xbox One]

Je vous le dis d’entrée, Woven a été un moment difficile à passer.
Beaucoup de choses, trop de choses qui ne vont pas et qui essaient de se dissimuler derrière un titre tout mignon, coloré, à la difficulté douce et progressive et ayant des héros au passé mystérieux.

La cinématique d’ouverture pose des bases assez étranges et confère une ambiance plutôt malsaine. De ces images sombres, plutôt flippantes ils faut bien l’avouer (pour un jeu destiné au enfants) dans un monde à l’esprit industriel rappelant FF7, on se retrouve à diriger un éléphant en laine, dans un monde en laine.

Vous voilà perdu, vous Stuffy, éléphant miteux dans un sale état en compagnie de Glitch votre compagnon robotique (dont on ne sait rien), dans un monde mystérieux (dont on ne sait rien) et ouvert à votre curiosité, car on ne sait même pas pourquoi nous y sommes.
C’est après un temps de chaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargement, plus long que cette ligne que l’on découvre donc que ce monde en laine est finalement tout autant flippant que le monde industriel d’où l’on vient.
La laine, ça peut vous rappeler Yoshi, mais ici nous sommes à mille lieu du monde si chatoyant du petit dinosaure. La laine, ça peut vous rappeler Sackboy, ce personnage charismatique des Playstation … Et puis… c’est tout Stuffy et Glitch ont leur univers propre, un peu étrange, assez bizarre.

Je tiens à avouer qu’avançant dans le jeu, je n’ai pas trop compris le but de ce voyage onirique. On avance, on découvre des machines qui nous permettent de nous transformer, on ramasse des patchwork de couleurs à collecter, tout ça pour une progression très linéaire et peu excitante.

Graphiquement la laine n’est pas plus agréable à l’œil que celle de Yoshi Wolly World, bien au contraire. Les textures sont loin d’être excellentes, les couleurs sont fades et les décors sont désagréablement vides. Idem, dans ce monde semi ouvert vous allez rencontrer très peu de PNJ et l’absence d’éléments pouvant vous tuer ou blesser rend Woven sans aucun intérêt ou presque. Figurez-vous qu’il ne s’agit pas d’un jeu de plate-forme et que votre seule façon de progresser est de changer de costume pour débloquer certaines actions, ou bien de changer de couleurs de tissus pour que l’on vous laisse accéder à la route suivante. Passionnant !
A côté de ça, heureusement devrais-je dire, les musiques sont assez sympa, mais ce que l’on retient surtout, c’est la voix du narrateur qui nous accompagne. Typiquement anglaise et ayant beaucoup d’humour so british, j’ai avancé dans le jeu, plus pour savoir ce qu’il avait à me raconter que pour découvrir le fin mot de cette histoire abracadabrantesque !


Woven est une mauvaise aventure qui nous rappelle que parfois quelque chose de mignon peut cacher un véritable cauchemar. Il y avait pourtant une bonne idée de départ, mais le gameplay peu excitant et résolument pataud, les décors et le monde vide de toutes vies ont rapidement tuer l’espoir et l’intérêt que j’avais pour ce jeu avant de le prendre en main.
Vous allez me dire que je vois ça comme un vieux gamer et qu’un enfant serait sans doute plus apte à apprécier la chose ? Mais même pas ! Qui oserai refourguer se genre de jeu à un enfant ? Ma fille a pris du plaisir à faire sa créatrice de mode avec ce pauvre éléphant. Quid du reste du jeu ? Y a autre chose à faire dedans ?
A oublier !


Woven image.jpg

Genre : Aventure, puzzle
Langues : Anglais sous titré Français
Sortie : 15/11/2019
Développeur : Sticky Lock
Editeur : Alterego Games
Plateformes : Switch, PS4, Xbox One, Steam
Taille : 2,96 Go
PEGI 7


Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.