Jeux Vidéo

The SaturnDays #16

Cyberbots: Fullmetal Madness

Cyberbots:FullMetal_Madness.jpg

Parution: 1997
Développeur: Capcom
Editeur: Capcom
Genre: VS Fighting
Disponible sur: Saturn / Arcade / Playstation
Nombre de joueur: 1-2
Nombre de disque: 1
Cartouche Ram: Oui
Sortie: Japon


Voilà un jeu oublié des salles d’arcades, paru en 1995 et n’arrivant que deux ans plus tard sur Saturn, la plus belle des machines pour accueillir les jeux CPS-2 de Capcom.
L’utilisation du Rom Pack 4mb est obligatoire cependant pour faire fonctionner la bête.

Cyberbots est un jeu de baston où l’on pilote des méchas, et avec une histoire ma foi différente et intéressante. Cyberbots : Full Metal Madness se déroule au XXIe siècle, dans un futur très proche, qui heureusement pour nous n’a pas eu lieu.
Notre planète est surpeuplée et nous sommes contraint d’aller voir ailleurs si il y a de la place. Pendant ce temps des scientifiques cherchent à créer de quoi substanter aux besoins de la race Humaine. Forcement ça se fait savoir et de supers vilains veulent la part du gâteau. C’est le moment de sortir les Méchas du garage pour protéger ce qu’il reste à défendre.

Vous allez donc prendre les commandes d’un robot et en affronter d’autres. Parmi les pilotes, le choix n’est pas vaste (car à l’époque pas besoin d’avoir 50 combatants pour nous rendre heureux), mais il est tout de même varié. Nous avons l’homme grand, le petit, le bizarre, le méchant à la tête de méchant, une enfant, une sorte d’esprit, une femme etc…
Dans cette liste de perso, on retrouve Jin, qui aura son heure de gloire avec la série Marvel VS Capcom et en perso caché dans Tech Romancer, mais aussi Devilot présente entre-autre en Striker dans Marvel Vs Capcom 2 et dans Super Puzzle Fighter II Turbo. On peut aussi la voir dans Project X Zone le RPG de Capcom, Sega, Namco sur 3DS. Comme quoi Capcom essai tant bien que mal de faire vivre un temps soit peu cette série.
La version Saturn de Cyberbots possède un fighter supplémentaire en la personne de Akuma.

Vous devez après avoir sélectionné vos pilotes, choisir un robot. C’est d’ailleurs lui qui va définir votre style de combat. Plutôt défensif, ou plutôt rapide, vous aurez le choix.
Le jeu propose un système de combat intéressant, et pourquoi pas innovant.
A côté de vos coups habituels, Cyberbots vous offre la possibilité d’user de votre arme spéciale lorsque votre jauge est pleine. Il y aussi cette barre de Critical Part à laquelle il faudra faire très attention, car si elle arrive à zéro vous allez perdre une partie de votre Mecha, une partie de votre armure qui vous empêchera d’utiliser votre arme. Heureusement il sera assez simple de la récupérer puisque cette partie tombée ne quitte pas l’écran et il suffira de passer dessus pour la récupérer.

 

Graphiquement le jeu est beau et très impressionnant. Les sprites sont énormes, il faut le dire et la Saturn grâce à sa cartouche de Ram tient le coup sans trop broncher. Les effets spéciaux d’explosions et de super attaque sont aussi au niveau espéré.
L’animation plutôt lourde fait bien ressentir que nous maîtrisons d’énormes robots et pas de petits personnages. Capcom a fait fort sur ce ressenti. Le seul reproche que j’ai, c’est la prise en main qui est assez longue et rugueuse, car on n’a pas trop l’habitude d’avoir ce genre de Mecha entre les mains. Côté musique, nous sommes bien sur un jeu Capcom, c’est sans surprise, mais toujours efficace.

Cyberbots : Fullmetal Madness n’a malheureusement pas connu de succession, si on peut dire toutefois que Tech Romancer est à part. Il est cependant la suite de Armored Warriors, un Beat them All paru en 1994 où l’on peut y découvrir les mêmes Mechas. Personnellement ce n’est pas un jeu que je ressorts souvent lors des parties de VS Fighting, car j’ai du mal avec son gameplay pataud.
Ce jeu de Capcom mérite cependant d’être un peu plus connu, car à l’époque il a été étouffé par la sortie de Street Fighters Alpha (en juin) ou bien encore de Night Warriors : Darkstalkers’ Revenge, paru quant à lui le même mois.


Sur Saturn, Capcom a réalisé cette très belle Edition Limitée.

 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.