Livres roman

J’ai lu : Le Lys dans la vallée de Honoré de Balzac

Résumé :

À la demande de la comtesse Natalie de Manerville, dont il est épris, Félix de Vandenesse relate sa première passion, celle qui le lia, dans sa jeunesse, à la vertueuse Henriette de Mortsauf. Mais peut-on sans conséquence raconter un amour passé, fût-il platonique, à l’être qu’on aime ?
Ainsi que l’écrit Catherine Millet : « Je tire de ce récit une morale qui ne pourrait que décevoir une personne comme Félix, jeune et amoureuse […]. Dans une relation d’amour, il est absolument illusoire, pour ne pas dire naïf, de vouloir être transparent l’un à l’autre. » Roman des plaisirs interdits et du désir réfréné, Le Lys dans la vallée est aussi, de tous les récits de Balzac, l’un des plus lyriques et des plus désabusés.

Avis :

Retour sur une lecture classique qui a hanté mon année de seconde lorsque je le découvri pour la première fois. Je l’avais à l’époque trouvé long et ennuyeux. Mais au fil des pages, je m’étais prise dans l’histoire et c’est un souvenir, non pas impérissable, mais pas mauvais qui m’en étais resté avec quelques images qui me sont restées en tête depuis.

Quelques années plus tard me revoici devant Le Lys dans la Vallée, livre publié en 1836. Une œuvre assez difficile à appréhender pour qui n’est pas amateur de longues descriptions. N’est pas Honoré de Balzac qui veut. Ce livre ressort faisant parti des études des mœurs de l’auteur. Il se serait basé sur sa propre expérience et de sa passion pour Madame de Berny.

Mais que cache ce livre si ce n’est une histoire d’amour impossible. Loin des belles histoires qui finissent bien ce livre est un condensé de passions, de frustrations…

Déjà, parlons de la jeunesse de Félix de Vandennesse. Une enfance douloureuse, un enfant rejeté par sa mère, délaissé par ses frères et sœurs, une jeunesse emplie de privations. Ce jeune garçon, petit être fragile et sensible se réfugie dans les études dans des pensions sordides.

Un jour, lors d’un bal donné en l’honneur du duc d’Angoulême à Tours, Félix rencontrera une femme fascinante dont il baisera les épaules. Ce geste fera fuir la jolie dame.

Il séjournera un jour chez les Chessel, des amis de sa mère, à Frapesle. Il y retrouvera la belle inconnue qu il n’a pas oublié. Mais cette dernière est mariée a un vieil homme et est mère de deux enfants à la santé fragile. Débutera une histoire d’amour platonique…

Le livre est une suite de longues confessions que fait Félix à sa maîtresse Natalie de Mandeville. Il y racontera en détail son enfance et sa passion pour Henriette de Mortsauf, leurs moments, leurs échanges… Il parlera aussi de son aventure avec une jeune femme anglaise fraîche et pleine de vie, mais au caractère difficile, la duchesse de Dudley. Il parlera de la lente agonie de sa bien aimée, agonie généree par la jalousie d’Henriette envers celle qui a obtenue les faveurs physiques de l’homme qu’elle aime en retour. C est encore jeune qu’elle mourra laissant ses enfants, son mari, et son bien aimé.

La fin de l’histoire est intense et triste et c’est avec un pincement au cœur que nous refermons l’œuvre, cette œuvre aux longues descriptions de la nature, aux passages poétiques magnifiés par un auteur passionné.

De la grande et belle littérature…

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.