Livres

J’ai lu : Prude à Frange de C.S Quill (premier round)

Une livre de fesses avec une histoire réfléchie et intéressante derrière.

Résumé :
Aux frontières de la dark romance. Entre sa virginité et son âme, Cadence pourrait tout perdre.

Pour retrouver sa meilleure amie disparue dans d’étranges circonstances, Cadence est prête à tout. Y compris à infiltrer le mystérieux Round, l’organisation dans laquelle Ingrid a été aperçue pour la dernière fois. Si elle veut en apprendre plus, Cadence va devoir gravir les échelons à son tour. Mais jusqu’où est-elle prête à aller pour ça ?

Toute la vie de Mas est dévouée au Round. Sa dernière mission ? Former Cadence aux exigences de ce réseau. Ce qu’il ignore, c’est qu’elle poursuit ses propres objectifs et ne l’écoutera pas à la lettre. Elle pourrait bien mettre en péril sa réputation, et bien plus encore.

Avis :

Voilà une lecture légère, pas prise de tête mais qui fait passer quand même un bon moment. Faut dire que Cadence (Virgin ou Gin) a un caractère bien trempé et que Thomas (Master ou Mas) aussi. Le tout nous offre un duo aussi explosif que le Round.

Je ne vais pas raconter l’histoire parce que ça n’a pas d’intérêt, à part spoiler, mais je peux vous assurer que même si cela peut paraître abracadabrantesque l’histoire reste intéressante car c’est assez bien ficelé. On ne tient pas ici l’histoire du siècle, mais j’avoue être très agréablement surprise par la plume de C.S Quill. Mon appréhension première étant de me retrouver face à un livre cucul la praline où le sexe prime. Et bien que nenni ! Il y a une vrai histoire. L’auteur a mûrement réfléchi son livre et ne nous offre pas seulement une histoire de fesses mais aussi une histoire d’amour, mais pas que… Un peu de suspens, un peu argent, quelques armes, de l’amitié, des raisons pour chaque protagonistes de réagir comme ils le font (oui oui je vous assure). Un livre qui est donc loin être plat.

En plus la lecture est cadencée car nous naviguons entre le point de vue et Cadence et celui de Thomas le tout à la première personne. J’avoue que parfois je ne savais plus trop qui disait quoi… Mais on retombe assez vite sur ses pattes.

Parfois on aimerait bien en coller une bonne aux personnages mais ils restent quand même tous plutôt attachants. Cadence m’a fait penser à Anastasia Steele de 50 nuances… Maladroite, têtue, et un peu tête à claques. La différence vient du fait que Cadence est imprévisible et qu’elle sait ce qu’elle veut et en plus, elle a un bon sens de la répartie qui fait sourire.

Une lecture sympa et divertissante !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.