Livres roman

J’ai Lu : Quand souffle le vent du Nord et la Septième Vague de Daniel Glattauer

Résumés :

Quand souffle le Vent du Nord :

Un homme et une femme. Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu’à devenir accros. Jusqu’à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre, sans se rencontrer pour autant… Savoureuse et captivante, cette comédie de mœurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.

Un des dialogues amoureux les plus enchanteurs et les plus intelligents de la littérature contemporaine. Der Spiegel.

Quand souffle le vent du nord enchantera les lecteurs à l’instar du best-seller épistolaire, Le Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates, dont il a l’esprit et le piquant. Olivia de Lamberterie, Elle.

La Septième Vague :

Leo Leike était à Boston en exil, le voici qui revient. Il y fuyait la romance épistolaire qui l’unissait en esprit à Emmi. Elle reposait sur trois principes : pas de rencontres, pas desexe, pas d’avenir. Faut-il mettre un terme à une histoire d’amour où l’on ne connaît pas le visage de l’autre ? Où l’on rêve de tous les possibles ? Où les caresses sont interdites ? «Pourquoi veux-tu me rencontrer ?» demande Leo, inquiet. «Parce que je veux que tu en finisses avec l’idée que je veux en finir», répond Emmi, séductrice. Alors, dans ce roman virtuose qui joue avec les codes de l’amour courtois et les pièges de la communication moderne, la farandole continue, le charme agit, jusqu’au dernier mail…

La Septième Vague est comme une série télé : on en devient vite accro. Bruno Corty, Le Figaro littéraire.

Avis :

C’est en voulant résilier un abonnement qu’Emma Rothner envoi un premier mail à Leo Leïke en se trompant d’adresse mail.

Il lui renvoi un message pour lui expliquer qu’elle a fait une erreur de destinataire. Elle le remercie. Quelques mois plus tard, voici qu’elle l’ajoute par inadvertance dans un mailling pour souhaiter un bon noël à ses clients. Et il s’ensuivra une correspondance. Ils vont se découvrir, échanger, discuter tout en gardant une certaine distance sur leur vie privée. Mais chemin faisant, ils vont se dévoiler.

Quand souffle le vent du nord est un petit livre, qui se lit rapidement et écrit sous forme de mails avec les jours et les heures des échanges… C’est mignonnet, un peu fade, certains échanges sont assez cinglants parfois ce qui rend le tout un peu plus sympa, mais rien de transcendant. Mais alors lorsque l’on rentre dans le « faut-il se rencontrer ? oui non oui non oui non »… ça devient un peu lourdingue et on vraiment envie de secouer Emma et de lui demander de se décider une bonne fois pour toute. Dans le genre indécise, elle est une peu championne du monde. Du coup s’ensuit de longs échanges sur le « et si je ne te plait pas et si tu ne me plait pas »… alors qu’à ce stade nous sommes loin de parler histoire d’amour.

Quand souffle le vent du nord est donc un livre qui se lit bien mais un peu relou quand même ! Et je ne parle pas de La Septième vague. La suite des échanges après la fuite de Léo. L’amour s’est installé. Les échanges en deviennent encore plus niais et gnangnan. Mais depuis une grande évolution est arrivée dans leur vie. Ils se sont rencontrés. D’un côté Léo est désormais en couple, de l’autre Emmi pour les intimes a pris ses distances avec Bernarhd.

Trop de chichis, trop d’hésitations, trop de tout et de rien à la fois. Ils s’aiment, ont du mal à se l’avouer et vivent leur vie chacun de leur côté. Et Emma est une vrai tête à claque capricieuse et jalouse. Ce second tome est pesant, et on lit pour finir rapidement car on en a marre de ces deux protagonistes.

Deux (bons ?) romans de gare à oublier même si parfois les lectures plus légères ne font pas de mal, mais trop de légèreté tue la légèreté.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.