Livres

J’ai lu : Sansonnets un cygne à l’envers de Pierre Thiry

Résumé :

Ces cent sonnets ont été écrits un peu n’importe quand, lorsque j’avais du temps : à l’arrêt d’autobus, sur le quai de la gare SNCF, dans un train, sur une terrasse de café, dans une salle d’attente, sur un coin de table durant un repas ennuyeux, dans ma cuisine, dans mon bureau, dans un magasin de chaussures, en attendant mon tour à La Poste, en discutant avec ma coiffeuse, en attendant un dessert au restaurant, en marchant en forêt, en essayant une nouvelle chemise, en lisant un livre, en marchant sous la pluie, en savourant un concert, en rêvant au sourire chaleureux de la meilleure des amies, en écoutant converser les sansonnets au-dessus de l’étang des cygnes…

Avis :

J’aime l’aventure, j’aime la découverte, j’aime les livres, j’aime lire, j’aime les mots et tout ce que l’on peut faire avec… les manier, les faire parler, chanter, danser… Et quoi de mieux que la poésie (outre la contrepèterie) pour s’amuser à les tordre et distordre ?

Pierre Thiry a l’air expert en la matière.

Pour la petite présentation, Pierre est diplômé. C’est une bonne chose ! il a obtenu une maitrise de droit et un master-pro en sciences humaines et sociales avec une mention en sociologie. Il a œuvré dans divers domaines : administration de théâtre, vente de disques, programmation de concerts… Aujourd’hui il aime à animer des ateliers d’écriture.

Auteur de 2 romans, «Ramsès au pays des points-virgules» en 2009 et «Le Mystère du pont Gustave-Flaubert» en 2012, il s’est aussi essayé dans le conte pour enfant avec «Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines» (illustré par Myriam Saci). Aujourd’hui, c’est avec «Sansonnets, un cygne à l’envers» que Pierre Thiry s’essaye à la poésie…

… et je dois dire qu’il y arrive avec brio.

Déjà le titre… Sansonnets, un cygne à l’envers (Cent sonnets insignes allant vers…). Premier jeux de mots qui donne l’envie de se plonger dans le contenu en commençant par les 2 préfaces en vers (oui oui rien que ça) et du premier sonnet « Départ ». Nous plongeons directement dans le monde de Pierre, de ses sonnets et de ses rimes.

Nos cours de français de collège étant loin il faut se remettre dans le bain et faire quelques recherches. Donc, qu’est-ce qu’un sonnet ? C’est comme un poème composé de 14 vers (que l’on peut définir comme 14 lignes), divisés en 2 quatrains (strophe de 4 vers) et 2 tercets (strophe de 3 vers).

Ceci étant fait nous pouvons rentrer dans le cœur du sujet et des 100 sonnets qui ont été écrits selon l’envie et pour se relever un défi. Un regards, un sourire, un bus, un repas, la nature, la musique… sont autant de sujets qui ont inspiré notre acrobate des mots. C’est pourquoi son univers lui est propre car il raconte des scènes de vie, croisées ou vécues.

Est-ce fait exprès, mais les 100 sonnets nous sont proposés dans divers formes et formats. Les écritures sont inégales et tantôt grandes tantôt petites, mais qui attirent l’œil à chaque fois. Certains sonnets se suivent comme « Arrêtons » et « Commençons », mais dans l’ensemble ils peuvent être lus aléatoirement, au gré des envies…

Ici point de morosité, l’auteur écrit avec gaieté. L’humour on le savoure. A chaque sonnet nous sommes exaltés. La simplicité et l’ambiguïté, il les connais. Il est transit de modestie. On voit bien là que c’est un passionné de la langue française qui s’est évertué à nous distraire par ses jeux de mots et ses scénettes inattendues, « Superbe étrangère », « le Cheval et la Taupe »… en sont le fruit, quoique Jean de la Fontaine aurait pu en son temps en écrire tout autant.

Pierre Thiry s’appuie aussi sur les sons. Lisez à haute voix vous en resterez pantois.

Même sans être grand amateur de poésie, on peut ici s’en amuser et adorer car la rime nous taquine et les mots sont beaux.

La postface nous offre une belle leçon sur le sonnet. D’où vient-il ? Que fait-il ? Qui est-il ? Mais aussi la recette de la réussite et le matériel à utiliser pour y arriver. Le tout est superbement documenté et je peux vous assurer qu’écrire un sonnet n’est pas chose aisée. Rimer est aisé mais le faire en sonnet est compliqué vous en conviendrez.

Pierre Thiry s’inscrit ici comme un grand auteur et mérite que l’on s’arrête et s’attarde sur ses écrits. Il est recommandé de commencer à s’y intéresser.

Merci cher auteur pour ce moment de bonheur qui m’a redonné le goût du sonnet !

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.