Jeux Vidéo Non classé Test XBOX ONE

Test : Grid [XBox One]

Grid Xbox One

Genre : Course Automobile / Arcade
Langue : Français
Développé par : Codemaster
Éditeur : Koch Media

Sortie : 11 Octobre 2019
PEGI : 7

6.5/10


Chez Codemaster, ils ont décidé de faire peau neuve de leur Grid Autosport en profitant du vide de sortie concernant les sports automobiles. Pas de Forza en vue, ni de Project Cars, c’est le moment de balancer Grid en corrigeant et en améliorant l’expérience précédente.


Les courses automobiles, chez Codemaster ils connaissent. Il faut dire que ça commence à dater maintenant, ce genre de course chez ce développeur mythique, puisque tout a débuté avec TOCA Touring Car Championship sorti en 1996. Ce n’est que bien plus tard qu’est arrivé Race Driver Grid en 2008 débarquant avec les fameux rewinds et autres trajectoires suggérées dans les jeux de courses. Décriés à l’époque, ses ajouts sont aujourd’hui la norme.

Mais revenons à ce reboot, contenant courses spectaculaires, IA musclé (mais pas dénué de défauts) mais aussi des championnats automobiles peu connus.

Avant d’attaquer les quelques points forts du titre, commençons par les gros points dérangeants, ils sont peu nombreux, mais sont décevants pour un jeu datant de 2019.

save_459101763959867135082.png

Un mot pour retranscrire le ressenti : Frustration. Plusieurs choses ont tendance à nous frustrer dans le jeu, tant dans le contenu que dans le gameplay, pourtant annoncé comme excitant et spectaculaire.
Côté gameplay même si le titre se veut tourner vers l’Arcade, il n’en est pas moins étrange, avec quelques irrégularités dans le comportement des voitures. Si chaque type de voiture se conduit bel et bien de différente façon (Nascar ou Mini) il n’en reste pas moins étrange avec des réactions étonnantes comme chasser du train arrière sans possibilité de se récupérer ou bien une perte de contrôle dans des virages tout à fait anodins. Certes il y a des réglages possibles dans les options, mais cela reste anecdotique et peu convainquant.
Ce mélange Arcade et Simulation peut ravir certains pilotes, mais il est parfois mal équilibré et finira par dérouter et dégoûter surtout lorsque l’on s’aperçoit que les autres sont désormais loin de nous. Sans surprise il faudra donc un temps d’adaptation pour maîtriser les bêtes de courses
Arrêtons nous sur l’IA. Codemasters annonce 400 comportements différents en course (que cela soit pour vos adversaires ou pour votre coéquipier) et a intégré un système d’ennemi juré. Si sur le papier cela reste aguicheur, le résultat n’est vraiment pas là. Explications: Lors des contacts (nombreux) si vous êtes un peu trop brute, le pilote d’un véhicule deviendra votre pire ennemi. Il cherchera alors à perturber votre course. Mais le problème est que quoi qu’il se passe vous serez toujours responsable ! Vous tapez un mur puis percutez une voiture, vous êtes responsable, vous êtes percuté par une autre voiture vous poussant vers un autre pilote, vous êtes responsable. L’horreur absolue surtout que le contraire n’arrive jamais. L’IA n’est jamais fautive !
Ensuite, la plupart des voitures roulent en file indienne, pas simple pour doubler me direz vous, mais le drame vient du fait qu’elles le font comme si elles étaient sur des rails. Vous êtes retardataire ? Si la première voiture débarque derrière vous et que vous vous trouvez sur sa ligne, elle va vous percuter sans chercher une seule fois à vous esquiver. Principe étrange, mais bien moins que de voir une voiture subir un accident et finir sur le toit puis vous dépasser quelques secondes plus tard comme si de rien était. Vous n’imaginez même pas rattraper le wagon si vous êtes à la traîne, vos adversaires bombardent. Terminer sur le podium après un accrochage devient un vrai défi.
D’ailleurs et j’en finirai avec cet autre souci, les courses sont trop courtes pour vraiment profiter du plaisir de conduire et de lutter pour la gagne. Deux ou trois tours le plus souvent devront vous suffire pour espérer terminer sur le podium. Vous comprenez alors que lutter pour une bonne place lorsque l’on a subit un pépin devient dès lors … compliqué.

save_484623758206181863135.png

Parlons maintenant des bonnes choses vues ici et là dans le jeu, histoire de ne pas vous décourager, car il y en a, ainsi que du contenu.
Tout d’abord l’accueil, car vous êtes agréablement reçu, avec d’emblée l’obligation de participer à trois courses rapides (2-3 tours), histoire de prendre la main et de doser un peu le titre, à noter que cet amuse bouche est jouable alors que le disque n’a pas terminé de tout installer. On prend de suite du plaisir avec Grid qui est immédiatement accessible avec cette sensibilité Arcade dont j’ai parlé plus haut. Les courses très nerveuses permettent aussi de ressentir la lutte entre les pilotes. Après avoir accédé au menu principal direction le mode Carrière, le mode Multi, le mode libre ou bien encore les options.

Le mode Carrière est divisé en six catégories, où vous seront proposés une douzaine de challenges. Si toutes les épreuves sont évidemment verrouillées c’est que vous allez devoir gagner les défis les uns après les autres pour tout ouvrir et ainsi avancer vers les épreuves ultimes Showdown qui vous attendent.
Chaque challenge vous propose de piloter des véhicules de différents types monoplaces, Mini, Nascar, de GT, mais aussi des protos et bolides emblématiques grâce aux événements « Invitational ».
Toutes ces compétitions vous rapportent de l’XP, mais aussi de l’argent pour vous procurer de nouvelles voitures, certaines étant plutôt à des prix… prohibitifs.
Un mode carrière assez grand, mais perturbé par ses maudits deux tours (ou 3) de compétitions imposés. Pas le temps de prendre du plaisir ou de découvrir la piste que la compétition est terminée. Il faudra donc persévérer pour avancer et compléter les missions demandées (terminer sur le podium, l’équipe doit terminer première etc…)
Toujours dans ce mode Carrière vous pourrez profiter d’un tour de chauffe pour essayer de mieux vous placer sur la grille de départ. Une idée intéressante puisque de base (si vous ne faite pas ce tour de qualif) vous serez placé de façon assez aléatoire sur la piste, rarement premier, souvent en fond de grille, cela ne sera que trop peu à votre avantage. C’est la dure loi de la vie.
Les pros du pad désactiveront quant à eux toutes les aides à la conduite et la boite auto pour un rendu plus proche des sensations de pilotage réel. Manque de chance les voitures n’ont pas de comportement propres poids/puissances, Codemaster ne voulant sans doute pas donner à Grid un côté trop simulation.

save_465555170474422391188.png

Passons rapidement sur le mode libre, vous permettant de modifier le nombre de tour sur le circuit de votre choix, avec une IA plus ou moins qualifiée. Le choix est vaste, mais pas encore au niveau d’un Project Cars, car ici les stands sont inexistants, il n’y a donc pas d’essence ou de pneus à gérer. La liberté a un prix.
Côté multijoueur, c’est aussi assez compliqué, puisque qu’il n’y a pas de salon en ligne. Vous pourrez en contrepartie vous affronter lors de parties rapides ou bien en privé… Un salon privé où vous ne trouverez donc personne sauf vos invités préalablement prévenus. C’est pas mal ça…

Techniquement Grid est très beau, il ravi la rétine avec de belles animations, du HDR même sur One S, une modélisation des véhicules très réussie et des circuits très agréables à l’œil. Nos petits bolides subissent des dégâts, sans jamais que cela n’influe sur la conduite. Quelques capots qui s’envolent, de la tôle froissée et il faudra se contenter de ça. C’est de l’arcade on vous dit ! Le titre tourne en 60 fps (sur X) avec de beaux effets de lumières et de flous, le tout sans ralentissement repéré, même de nuit et avec les 16 voitures affichées. Côté bande son, soyons bref, c’est sympa, avec des sonorités de moteurs très bien foutues.

save_496801884919478456714.png


Evidemment, fraîchement sorti, Grid mise avant tout sur son mode carrière. Même s’il est riche, ce dernier est encore loin d’être complet et devient vite ennuyeux.
Grid reste tout de même un bon jeu de voitures, assez satisfaisant pour que les amateurs d’Arcade retrouvent de bonnes marques, mais aussi assez fun pour que les amateurs de simulations prennent un coup d’air frais .
Car oui Grid, porteur de nombreux défauts, a le fun avec le lui. Cela fait bien longtemps (hors Forza Horizon 4) que je n’ai pas pris autant de plaisir à conduire une voiture dans un jeu vidéo.
Aucune raison de ce prendre la tête au volant. Le style de conduite et agressif ? Les adversaires ont un comportement rugueux ? On s’en fout ! Tout est cool !

Beau, accessible, sans prise de tête, Grid, ne révolutionne rien, mais il a le mérite d’être là et de bien faire ce qu’on lui demande, donner du plaisir et c’est l’essentiel.
PS: Il n’y a pas de mode photo et ça c’est mal, très mal !


Jeu offert par l’éditeur pour la réalisation de ce test


Achetez ce jeu sur Amazon

 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.