Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Steam Test Switch

Avis : Giraffe & Annika [Playstation 4]

Parfois on espère découvrir un petit jeu et puis patatras !
J’avais tellement confiance en Giraffe et Annika qu’avant de savoir si l’éditeur allait m’envoyer le jeu, j’ai pris la décision de commander l’édition limitée que NIS America pour ma petite Switch en manque de jeu…
Un pari osé, qui m’a remis dans le droit chemin de la précommande.

Oui Giraffe et Annika laissait pourtant entrevoir de petites choses sympathiques dans ses trailers et images, dont principalement une direction artistique agréable et une idée intéressante, à savoir combattre des boss sur un gameplay inspiré par les jeux de rythmes.

Manque de chance, la douche froide m’est tombée dessus comme à un concours de Ice Bucket Challenge.


Dans ce qui s’annonçait comme un jeu magique, vous incarnez Annika, une jeune demoiselle aux oreilles de chats qui se réveille amnésique sur une île mystérieuse. On a connu plus original. C’est ensuite sans trop comprendre le pourquoi du comment que Giraffe (un jeune homme également doté d’oreilles de chat) nous demande de rassembler des fragments d’étoile pour recouvrer la mémoire. Pour ça, il faudra affronter des vilains et une sorcière, le tout dans des donjons. Rien de bien transcendant niveau créativité concernant le scénario, cependant, vous vous apercevrez rapidement qu’il est bien plus subtil encore plus pauvre qu’il en a l’air. Vous allez rencontrer au fil du temps des indices évidents pour vous, mais nettement moins pour vos camarades de jeu.
Aucun effort sur ce qui aurait pu sauver Giraffe & Annika du naufrage. On se demande si le jeu n’est pas plutôt destiné à de jeunes enfants plutôt qu’à des adolescents. Bref, ce n’est pas le seul souci du titre… Alors ne nous attardons pas plus longtemps sur ce point critique car il y en a d’autres.


S’il n’y a rien d’excitant dans l’histoire, malheureusement, le reste pêche également.
Nous sommes sur un titre mélangeant exploration et aventure avec des donjons à traverser pour atteindre le fameux boss. Pour accéder à ce donjon, vous devrez répondre à quelques exigences de PNJ tout mignons sur les conseils de Giraffe.
Cette partie donjon est pour le moins exécrable à cause de beaucoup de soucis lié à la caméra totalement aux fraises. Sauter par dessus des trous ou certaines plateformes devient rapidement un enfer surtout si en plus vous subissez des attaques de fantômes face auxquelles il est impossible de se défendre. Quelle idée tordue !
Il faudra donc participer à des quêtes particulièrement simples comme aller chercher du bois pour fabriquer un pont, rassembler des lapins pour participer à un repas… Lorsque je vous dis que Giraffe & Annika est pour les enfants !
En fait pas vraiment, car les soucis de caméra dont je vous ai parlé plus haut, les ennemis intouchables et inévitables auront rapidement raison de leur patience…
Heureusement pour les plus persévérant des cristaux de régénération sont disséminés partout. De quoi faciliter un peu la tâche… mais pas mettre un terme à la frustration.

Une fois arrivé au boss, le gameplay change et nous voilà face à un jeu de rythme des plus classique. A savoir qu’il faut appuyer au moment sur une touche et de se déplacer de gauche à droite, en évitant parfois certaines attaques. Dit comme ça, c’est original et cela laisserai entrevoir de bons moments. Malheureusement une fois de plus c’est le drame. Le face à face est ennuyeux. L’affrontement peu réaliste et la difficulté est de bien anticiper les notes qui arrivent. Je n’ai pas été convaincu par la réactivité des actions, mais soit, il s’agit peut-être de moi. Quoi qu’il en soit, une fois le pattern bien maîtrisé on finit par assommer rapidement notre adversaire. A noter ce petit truc sympa, auquel les développeurs ont pensé, lorsque l’on touche correctement la note, notre barre de vie regagne des points. Ce qui permet de créer une sorte d’équilibre durant le face à face.


Graphiquement Giraffe & Annika n’est pas des plus joli. Si les textures sont plutôt réussies l’ensemble est malheureusement bien vide. Les personnages sont mignons, mais cela s’arrête là. L’animation est comme la caméra, digne d’une autre époque. Dommage car l’atmosphère générale est agréable. Le temps qui passe avec le cycle jour/nuit est une bonne idée, malheureusement il n’y a aucune vie dans l’île sur laquelle nous vivons l’aventure. On se demande au final quel est l’intérêt de voir arriver la nuit si ce n’est pour faire durer l’aventure puisque certaines zones ne sont ouvertes que la nuit.
D’ailleurs concernant la durée de vie, sachez qu’il y a quelques coffres à ouvrir pour récolter quelques babioles et images de chats. N’espérez pas prolonger votre aventure trop longtemps. Il vous faudra 5-6 heures pour faire le tour de ce conte de fée, pas plus, mais peut-être moins si vous faites rapidement.

Dernier regret, il n’y aucune cinématique. Les développeurs ont préféré nous proposer des cut-scènes façon BD. Alors certes, c’est joli, mais avec une DA pareille il aurait été sympa de proposer un peu plus que de simples images.


Hormis la bande son plutôt agréable (celle du dernier boss notamment) Giraffe & Annika est loin de m’avoir transmit quoi que ce soit. Dommage, il y avait de bonnes idées et une DA jolie tout plein, mais la pauvreté globale du titre en fait qu’il devient rapidement ennuyeux. Giraffe & Annika est un jeu qui manque d’ambition et qui parait provenir d’une génération de consoles que les plus jeunes d’entre-vous n’ont pas connu.
Enfin sachez que le jeu n’est que sous-titré en Anglais, ce qui vient clore définitivement le peu d’intérêt qu’il restait.


Genre : Aventure, Jeu de Rythme
Langue : Anglais
Développé par : Atelier Minima
Edité par : NIS America
Taille : 2287,00 MB
Sortie : 28 aout 2020
PEGI : +7
Plateforme : Switch, PC, Playstation 4

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.