Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Switch

Test : Rise – Race The Future [Switch]

RiseRaceTheFuture

Genre : Course Automobile Futuriste
Langue : Français
Développé par : VD-Dev
Edité par : VD-Dev
Taille : 1783,63 MB
Sortie : 22 Juillet 2019
PEGI : 3


En développement depuis mai 2016 et après être passé sur Xbox One et PS4 en Novembre de l’an passé, voilà que Rise des français de VD-Dev arrive sur la console hybride de Nintendo.

Après la grosse déception de Xenon Racer, de par son gameplay j’étais un peu frileux en voyant arriver un nouveau titre de course auto orienté futuriste. Face à son homologue, Rise est nettement plus orienté arcade. Sans toutefois s’approcher de Sega Rally les sensations de conduite sont plutôt sympathiques et on s’en rend compte immédiatement.

Rise tente en effet une approche différente du jeu de course en ajoutant un peu de folie sur le circuit. En effet les courses, un peu à la façon d’un Sega All Star Racing, proposent un mélange de circuits terre et eau. Ainsi comme on pouvait avoir les transformations dans Transformed, notre voiture modifie son apparence pour glisser sur les surfaces aquatiques. Les pneus passent à l’horizontal comme pour être en mode aéroglisseur et vous voilà surfant juste au dessus de l’eau à plus de 200km/h. Sur les deux surfaces les voitures glissent plutôt bien, mais sans toutefois pouvoir drifter comme sur un Ridge Racer.
C’est d’ailleurs un de mes regrets, car même si le titre est fun à conduire et plus exigeant qu’il n’y parait, ce manque de drift dans les courbes frustre un peu, surtout au début le temps de mieux maîtriser la chose. L’autre regret concerne l’IA. Si j’avoue avoir été surpris par le fait que les développeurs aient permis aux concurrents de faire des fautes tout à fait banales, j’avoue avoir ragé souvent face à des petites erreurs de trajectoires qui finissent par coûter cher, très cher. En effet, mis à part les deux/trois premiers en tête de course, vos poursuivant avancent en paquet. Le résultat : on se retrouve rapidement à la queue du groupe à la moindre erreur.
Dans le gameplay toujours, Rise se rapproche des derniers Ridge Racer grâce à un boost qui se recharge de plusieurs façons : dès que vous dépassez la barre des 125 km/h,ou bien en enchaînant les drifts. La sensation de vitesse est très agréable. Le rendu est bien meilleur que sur Xenon Racer et lorsque le boost est activé on ressent bien la différence contrairement à Sonic Team Racing. Enfin, n’hésitez pas à utiliser le frein à main lors des virages un peu secs, car sinon, vous terminerez votre course par un gros câlin avec les barrières de sécurité.

Le jeu de VD- Dev n’est clairement pas une grosse production et pourtant les français ont réalisé un travail de haut niveau sur l’aspect graphique. Oui Rise est très beau, oui Rise sur Switch n’a clairement pas à rougir des versions sur les consoles plus puissantes. La modélisation des voitures est vraiment réussie et les bolides sont rutilants. Respect à ce niveau, tant sur le design des voitures que sur le rendu, Rise explose sans souci les prototypes de Xenon Racer. On appréciera aussi les clins d’oeils aux grandes dames de l’automobile avec la présence de Lancia Delta ou Stratos.
Si on peut apercevoir ici et là quelques traces de clapping, le rendu est superbe, et cela dans toutes les conditions climatiques. Neige, pluie, brouillard, couché de soleil, ou bien évidemment en plein jour, Rise prouve que la Switch sait se faire agréable visuellement. On pourra regretter l’absence de dommages sur la voiture, mais il ne faut cependant pas trop en demander pour ce type de production. Côté bande son même si cela reste agréable (avec un style proche de ce que peut faire Joe Satriani en mode musique d’ascenseur) il manque tout de même de la variété, car on a vite fait le tour des titres proposés.

Place au contenu de Rise. Pour un jeu de course, le menu et le contenu sont assez vides. Et la chose qui étonne immédiatement c’est l’absence de la possibilité de jouer en multi que cela soit en local ou en ligne. Exit donc la course avec vos amis que cela soit sur internet, ou sur votre canapé. Oui c’est cruel et c’est bien dommageable, même si c’est clairement compréhensible étant donné le budget du studio. J’aurai tout de même apprécié un petit classement en ligne pour connaître les meilleurs temps réalisé sur les circuits.
Trois modes vous sont proposés le mode challenge, le mode championnat et le time attack. Pour le premier, vous aurez une série de défis divers et variés divisés en saison. En gagnant ces défis, vous gagnerez des étoiles et points qui débloquerons la saison suivante. C’est en débloquant ces saisons que vous gagnerez de nouvelles voitures. Si certains défis sont assez simples, comme de ne pas utiliser le Boost, d’autres seront bien plus difficiles comme ne jamais être dernier, ne pas vous faire doubler ou bien battre le record du tour.

Le championnat est tout ce qu’il y a de classique : terminer la saison en finissant parmi les 3 premiers pour passer à la suivante. La difficulté ira crescendo au fil des saisons qui s’écoulent. C’est là que la petite difficulté à drifter fini par faire rager. Une bourde vous faisant perdre irrémédiablement du temps, vous n’aurez que trop peu de chance de rattraper le retard. Il ne faudra pas hésiter à recommencer avant de maîtriser chaque virage encore et encore, tout en faisant très attention de ne pas percuter vos adversaires.
Enfin, le Time Trial auquel il ne manque qu’un classement international.


Rise : Race the Future est clairement impressionnant pour un jeu indé. Mais il lui manque une chose essentielle pour devenir une pièce maîtresse du eShop ou du Gold, le multi. Cela aurait évidemment un plus indéniable surtout face à l’attendu Grid Autosport qui se précise quant à sa sortir prochaine.
Le prix franchement très attractif (17€99) rend le titre de VD-Dev très intéressant face aux jeux typés Arcade de la console de Nintendo.


Jeux offert par l’éditeur pour la réalisation de ce test

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.