Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Switch

Avis : Windbound [Playstation 4]

Vous voilà seule, échouée sur une île déserte totalement inconnue. Vous êtes également sans avoir de quoi vous nourrir et sans arme pour vous défendre. Vous allez devoir survivre sur cet archipel… Après cette petite intro où l’on vous voit avec votre peuple être attaqué par un monstre marin on se dit qu’il se cache dans Windbound évidemment bien plus qu’un simple simulateur de survie. Car devoir récolter des ressources pour créer de nouveaux objets et chasser pour ne pas mourir de faim ne sont pas les seules choses que les développeurs de 5 Lives Studios vous ont concocté.

Un dangereux périple vous attend dans cet archipel aux nombreuses îles perdues où une destinée déjà écrite n’attend que votre venue.


Possédant une identité assez personnelle, avec Windbound et dès les premiers instants impossible de ne pas évoquer un certain Zelda Breath of the Wild pour la partie progression grâce à la création d’objet via ce que l’on a récolté, mais aussi de par le fait que tout ou presque se détériore au fil des utilisations.

Mais ici, si l’une des priorités est bien la fabrication d’objets pour progresser dans ce monde étrange, rempli de monstres en tous genres, il ne faudra pas oublier de se nourrir.
D’ailleurs l’une des deux jauges saura vous le rappeler régulièrement si vous n’y prenez pas garde. Cette jauge prend en compte votre satiété, mais également votre endurance.
La seconde jauge, de vitalité, représente en quelque sorte votre niveau de vie.

Survie et crafting, vous voilà partis pour chasser, cueillir et construire dans un univers généré de façon aléatoire sur 5 groupes d’îles qui seront à explorer de fond en comble où chaque ensemble aura son propre terrain, ses défis à affronter, pour à la fin, découvrir le pourquoi de votre destinée.

Comme tout jeu où le craft est mis en avant, dans Windbound vous devrez collecter de nombreuses ressources pour créer, améliorer vos équipements et vos armes. Tout cela vous permettant de chasser de plus gros animaux, de trouver de nouvelles ressources, qui débloqueront par la suite de nouvelles recettes ou de confectionner de nouveaux objets etc… Tout ceci pour vous faciliter la survie.

Le fil conducteur ? Les Autels disséminés un peu partout sur les îles, votre collier, mais également le bateau que vous allez construire avec vos premiers éléments craftés. Ce bateau, c’est lui qui permettra de voguer d’île en île, sera également à améliorer. Vous pourrez le rendre plus performant pour vous déplacer grâce à une meilleure stabilité, une meilleure prise au vent ou bien tout simplement la possibilité de pouvoir y stocker des objets.

Puisque l’on parle voile, Windbound met en avant la navigation, qui au même titre que la survie se veut un facteur important. La gestion du vent est d’ailleurs assez réaliste et fait partie des points intéressants du jeu (l’un des seuls finalement). Vous allez vous rendre compte rapidement que certaines îles ne seront pas accessibles aussi facilement qu’elles en ont l’air puisqu’il faudra bien utiliser et se jouer du vent de face. Vous allez devoir apprendre à gérer la tension de votre voile ainsi que sa direction suivant comment le vent souffle pour permettre à votre bateau d’avancer et ne pas faire du sur-place. De même avec les vagues qui pourront, si vous les prenez mal, aller jusqu’à vous faire chavirer.
Frustrant parfois, cela reste pourtant cohérant. Il faudra faire aussi attention à ce qui vous entoure ou ce qui se trouve face à vous : récifs rocheux et coraux cachant quelques surprises peu recommandables.

Avec un craft simple (quand vous découvrez de nouveaux matériaux, immédiatement les nouveaux schémas disponibles pour fabriquer de nouveaux outils), une survie intéressante et une navigation convaincante Windbound ne m’a pourtant pas convaincu. Le jeu est très répétitif, beaucoup trop pour que l’on ai le courage de terminer l’aventure. La sensation de liberté est en fait réduite à se promener sur les îles pour chercher des objets ou de la nourriture. Chaque nouveau chapitre n’apporte finalement qu’un changement d’environnement, de faunes et de flores pour affronter de nouveaux animaux. Mais c’est bien trop peu pour nous lier à Kara, d’autant que l’on comprend assez rapidement le fin mot de l’histoire. Le jeu reste assez poétique malgré que le mystère fasse trop rapidement ‘pchit’.

Que dire concernant l’enrobage de Windbound, si ce n’est que dans l’ensemble cela est assez agréable. Cela reste assez vide, mais je rappelle que nous sommes sur des îles. Cependant, certaines choses sont très propres, notamment le rendu de l’eau qui est plutôt très bien fait. Pour la bande son, je reste assez déçu. Plutôt discrète, envoutante au début, elle se trouve en fait vraiment agaçante au bout d’une ou deux heures (je n’ai pas été très patient pour le coup) et nous pousse malgré elle à couper tout simplement le son.


Expérience intéressante, pour qui veut vivre une aventure de survie (d’ailleurs n’hésitez pas à jouer au mode survie) Windbound se révèlera répétitif pour d’autre, malgré une ambiance unique.
Les combats entachés par une caméra et un système de lock aux fraises viendront effrayer les plus réticents, quant aux autres je ne peux que les encourager à s’essayer à cette épopée à la durée de vie correct (plus de 10h).

Genre : Aventure, Craft, Survie
Langue : Français
Développé par : 5 Lives Studios
Edité par : Koch Media / Deep Silver
Taille : 895.61 MB
Sortie : 28 aout 2020
PEGI : +7
Plateforme : Switch, Playstation 4

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.