Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo

Test : Towerfall

Towerfall

NSwitchDS_TowerFall.jpg

Genre : Multi Player, Brawler
Langue : Anglais
Sortie : 27/09/2018
Développeur : Matt Makes Games
Éditeur : Matt Makes Games
Taille : 408,94 MB

Site web

9/10


D’une petite photo sur Twitter est tombée l’info, après Celeste, Matt Makes Games allait donc finalement porter Towerfall sur la console de Nintendo. Quelle excellente idée !

Depuis le temps que j’attendais ce moment… Depuis la sortie de la Switch en fait !
Ce Brawler game paru sur PC en 2013 était de toute évidence fait pour l’hybride de Big N. Des Graphismes en 2d, façon Pixels art, multi joueurs, des parties assez courtes, transportables… la console idéale je vous dis.
Towerfall n’arrive évidemment pas sur Switch les mains vide puisque les précédents DLC sont de la partie, Celeste en personnage jouable, ainsi qu’une nouveauté majeur….

Parlons d’abord du concept : une tour, des méchants qui vous tuent au moindre contact, vous -bien entendu-, un carquois et des flèches. Votre mission survivre et éliminer tous les vilains, ainsi que les boss qui vont se retrouver face à vous. Le mode Quest jouable à deux sur Ouya et PC, devient ici jouable à 4 ! Cette fois, plutôt que de s’envoyer des flèches les uns contre les autres, il faudra s’unir pour affronter les hordes d’ennemis. La coopération est essentielle pour terminer le jeu et aller jusqu’à l’affrontement final, à savoir se taper tous les boss à la suite. Attention, car si vous pouvez réanimer vos potes morts au combat, restez prudent à ne pas maladroitement toucher l’un d’entre eux avec l’une de vos flèches sous peine de le transpercer.
Si la difficulté en mode Normal est assez relevée, je ne vous parle même pas du mode Legendary, extrêmement extrême ! Si vous espérez le terminer, choisissez bien vos coéquipiers !
Vous pouvez pratiquer ce mode en solo, mais il va falloir cravacher et bien maîtriser le gameplay, avec les glissades sur les murs, l’attraction terrestre et surtout le dash. Si vous n’avez plus rien à lancer, il ne vous restera que deux options, sauter sur la tête des ennemis, ou bien aller récupérer sur leurs cadavres vos flèches meurtrières.

Si il existe bel et bien un mode solo dans Towerfall, c’est uniquement pour occuper les ‘sans amis’, car l’idée est bien de jouer en multi, à deux, quatre et même six ! Car oui Matt Makes Games a ajouté cette possibilité dans le mode Versus.
Si la folie était déjà au rendez-vous à quatre, à six cela devient réellement une orgie. Aux côtés des habituels Last Man Standing et Headhunters (faire le maximum de frags possible), il vous est aussi proposé de faire des équipes. Et là, je ne garanti plus rien concernant vos amitiés.
Les options sont nombreuses et l’on pourra facilement changer quelques règles : impossibilité de tuer quelqu’un de sa propre équipe, modifier l’intégralité des power-up ou bien tout simplement débuter avec un maximum de flèches dans votre carquois.

La prise en main est très intuitive et on s’amuse immédiatement. Les parties sont courtes mais on a forcement envie de prendre sa revanche après une défaite ou asseoir sa supériorité sur ses amis et donc, on ne s’arrête pas ou plus. La jouabilité est sans faille et on ne pourra reprocher la défaite qu’à soit-même. De plus il n’y a que trois boutons (saut, flèches, dash) et contrairement à SSB où il faut un doctorat pour tout comprendre, le plaisir est immédiat et les fous rires sont offerts.
Pour les moins bons, le mode Trial pourra vous venir un aide, le temps d’assimiler les principes de bases.

Graphiquement le jeu n’est pas minimaliste comme peuvent l’être Stick Fight ou Muddledash, et reste très agréable visuellement grâce à une 2d de qualité. A contrario de ces deux jeux, où l’on peut faire un peu n’importe quoi pour l’emporter, Towerfall nous oblige à être vigilant et très attentif aux autres sous peine d’être sanctionné immédiatement par la perte d’une vie.
Jouer à Towerfall sur télé est préférable, mais le mode tablette pour quelques courtes parties reste ma foi très agréable. Cela reste lisible et nous n’avons pas non plus besoin de plisser les yeux pour y voir clair.


Towerfall n’est pas unique en son genre, mais se trouve largement au dessus du lot.
Paru pourtant il y a déjà 5 ans, le jeu n’a pas vieilli d’un pixel et c’est clairement bon signe pour parler de qualité. Avec une durée de vie illimitée en local (désolé pas de mode on-line), il restera une valeur sûre pour des soirées entre amies et amis réussies.
Seul petit reproche, histoire de prouver que rien n’est parfait, le jeu malgré sa conversion est resté en 4/3 alors qu’il aurait mérité une petite retouche en plein écran.

Croisons les doigts désormais pour l’arrivée (même discrète – on s’en fout) de Duck Game : The Beginning of the Duck War, pour que la Switch devienne la plus grande console multiplayers de tous les temps.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.