Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test XBOX ONE

Avis : Call of the Sea [XBox]

Call of the Sea avait su marquer son petit monde lors de sa présentation durant le Inside XBox de mai 2020, ce titre mélangeant jeu narratif et puzzle games  (il est le premier jeu du studio Out of the Blue) édité par Raw Fury est l’un des premiers débarquant sur les Xbox Series X|S toute fraichement arrivée. Disponible également sur le GamePass, le jeu mérite du fait une attention toute particulière.

Nous sommes en 1934, Nous retrouvons Norah seule dans sa cabine en plein océan Pacifique sur un paquebot l’emmenant vers une île mystérieuse à la recherche de son mari, Harry Everhart, un éminant professeur de l’université de Denver.
Voilà plus d’un an qu’il est parti en expédition sur cette île et Norah n’a plus de nouvelles de lui jusqu’au jour où elle réceptionne un paquet contenant un étrange couteau rituel et une photo de son époux. C’est au dos qu’elle découvre une indication précisant l’endroit où se trouve la fameuse île non loin de Tahiti. Invitation à la rejoindre ? Sans doute. Peut-être que Harry, a trouvé le remède qui soignera la mystérieuse maladie de Norah, qui a également emporté son grand-père et sa mère.



Arrivée sur cette île Norah va donc partir seule à la recherche de son mari, mais également de l’équipe qui l’a accompagnée pour ses recherches.

Vous allez donc vivre une aventure en solitaire sur fond d’influence évidente proche de Lovecraft (une langue souvent entendu est le R’lyehian, on pense parfois à l’Affaire Charles Dexter Ward, la présence d’humanoïdes amphibiens fini de nous convaincre), vous allez avancer en résolvant moultes énigmes. C’est donc la voix de Cissy Jones qui sera votre seule compagne dans cette aventure puisque vous ne rencontrerez aucun autochtone, aucun scientifique durant votre voyage mystique qu’est Call of the Sea. La vue à la première personne rappellera fatalement Firewatch pour ceux ayant déjà vécu cette autre aventure. Ici cependant place à la luxure des îles paradisiaques, aux palmiers et aux oiseaux des îles. Ce côté vacances au soleil vous n’allez cependant pas en profiter longtemps puisque ce que nous propose le studio Out of the Blue est un univers très varié allant de la plage, à la visite d’un bateau échoué sous une tempête ou bien la découverte de temples immenses.



Avant de vous parler technique puisque nous sommes sur Xbox Series S, je vais vous parler en quelques lignes du gameplay qui fait que Call of the Sea mérite toute votre attention (si vous aimez le genre évidemment, si ce n’est pas le cas, je me demande ce que vous faites encore là).
Tout d’abord ici pas de pouvoirs spéciaux, Norah n’aura que vos yeux et vos talents intellectuels pour progresser parmi les 7 chapitres de Call of the Sea. La progression est assez simple et se veut malheureusement un peu répétitive puisque l’on enchaîne naturellement de petites énigmes avant de se farcir une plus grosse qui devrait normalement vous poser plus de soucis. Je dis naturellement car plusieurs fois on passe ce soit disant gros obstacle plutôt facilement alors qu’on pourra rester coincé bêtement sur un plus petit où on n’a pas bien compris ce qu’il y avait à faire. De plus malgré les chapitres qui passent, la difficulté ne m’a pas semblé s’élever. Ainsi certains sont capillotractés, alors que d’autres qui paraissent compliqués se passeront plus simplement.
Mais ce qui crée également du temps de jeu à Call of the Sea est la recherche d’images ou d’informations que Norah doit récolter dans son cahier. Alors certes une fois la première session terminée on peut y retourner et choisir son chapitre pour chercher le 100%, mais il semble que certains indices soit assez difficiles à trouver. Évidemment pour avancer dans les énigmes le jeu nous force bon gré mal gré à faire quelques allers-retours mais non plus sans trop abuser. Tout ceci donne une certaine rejouabilité au jeu, qui de toute façon possède deux fins différentes.

Dans les méandres psychologiques de Norah et ces milieux hostiles Call of the Sea nous délivre une ambiance plutôt sympathique où on se laisse porter par les paroles et pensées et de la dame. Malheureusement l’environnement lui laisse de temps à autres à désirer et je dois bien avouer que ça gâche quelque peu l’immersion ce qui fit fini par mettre à mal l’aventure en elle-même.
Tout d’abord il y a l’eau et ce liquide noirâtre, saumâtre et visqueux plutôt mal fait et peu digne de cette nouvelle génération. Alors certes le choix esthétique ne se veut pas réaliste, mais un petit effort sur les liquides aurait pu être sympa. Ensuite il y a quelques clipping d’objets, ce qui est assez surprenant car l’environnement ne semble pas être si gourmant que ça, ou bien des éclairages assez étranges qui changent d’une couleur à l’autre, d’une frame à l’autre que l’on avance d’un pas ou que l’on recule tout autant. Cela arrive également sur des tons de couleurs. Dommage, d’autant que cela semble se présenter de façon aléatoire.


Alors on pourrait reprocher au titre qu’il soit court (6-7 heures), mais l’aventure est intéressante, même si je dois vous avouer que la fin m’a laissé sur ma faim.

L’actrice qui incarne Norah est un plus indéniable dans le plaisir global de cette aventure. Même si on peut lui reprocher d’avoir des dialogues un peu trop évidents, le ton est toujours agréable. Sur la fin ses pensées -qu’elle partage avec nous- sont touchantes et nous poussent à en découvrir toujours plus et à aller voir le dénouement tant espéré.
Call of the Sea restera comme un jeu narratif et de puzzle games de qualité qui pourra, le cas échéant, être une bonne entrée en matière pour quelqu’un découvrant le genre. Pour les autres, l’essentiel est là, à savoir que l’on passe un bon moment.


Genre : Puzzle Game, Point & Click, Narratif 
Langue : Français
Développé par : Out of the Blue
Edité par : Raw Fury
Sortie : 8 Décembre 2020
PEGI : +7
Poids : 11 GB
Plateforme : PC, XBox One, XBox Serie, Gamepass

Test réalisé sur Xbox Series S
Jeu offert par l’éditeur

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.