Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Steam Test Switch

Avis : Disgaea 6: Defiance of Destiny

Pour une fois cet avis devrait être assez court. Enfin normalement. Pourquoi ? Et bien parce que je n’ai pas grand chose à raconter concernant ce Disgaea 6, fidèle suite des titres précédents du développeur Nippon Ichi Software.

Vous avez joué à la démo disponible sur le eShop de la Switch et vous connaissez déjà les épisodes précédents ?
Vous vous êtes donc aperçus que cette mouture 2021 était à peu de choses près une copie de Disgaea 5 (avec quelques modifications), qui était lui-même très proche de Disgaea 4 … Vous l’avez compris Disgaea reste fidèle à lui-même au fil du temps tout en s’améliorant doucement mais surement.

D’ailleurs arrivé à une petite dizaine d’heures de jeu je me suis demandé pourquoi aller plus loin, parce que niveau mécanique il n’y avait strictement rien à découvrir de plus face à ses homologues Disgaea 5 mais surtout Disgaea 1 Complete et Disgaeae 4 Complete + dont il reprend toutes les dernières nouveautés de gameplay. Je me suis même dit que les Disgaea c’était fini pour moi, c’est dire !

Après évidemment il est difficile de changer ou de modifier un système qui fonctionne plutôt très bien, même si la plupart des actions que vous faîtes hors histoire ne sont là que pour gonfler le temps de jeu artificiellement.
D’ailleurs une question m’a traversé l’esprit en jouant et elle concerne ces titres Tactical-RPG au tour par tour et case par case qui sont de plus en plus complexes en terme de farming et de contenu. Dans ces titres récents il faut obligatoirement booster ses personnages avec des quêtes annexes (comme ici le monde des objets, les innocents à aller chercher, ou bien encore aller au Pub pour faire exploser ses stats) pour pouvoir avancer sans quoi le mode histoire serait bien plus ardu à traverser. Hier c’était FF Tactics, Shining Force et quelques autres où seules les map étaient à traverser avec simplement l’augmentation naturelle des stats avec une simple gestion de l’équipe et des objets (rudimentaires). Et voici ma question: Si un jour ces jeux reviennent en version HD ou par une suite, devront-ils eux aussi complexifier leur gameplay respectif pour être en quelque sorte ‘à la page’ ? Récemment j’ai pu jouer à Rise Eterna qui était un digne successeur de cette époque révolue et pourtant je n’ai pas trouvé qu’il y manquait de matière. Le jeu va droit au but sans un quelconque besoin de nous faire perdre du temps.

Mais revenons à Disagea 6.
Après cette dizaine d’heures de jeu finalement le déclic s’est fait naturellement. Non pas grâce à ses mécaniques donc -vues et revues- mais grâce à la qualité d’écriture qui est un véritable régal à lire. Le titre en français (comme Disgaea 1 Complete) dévoile ainsi tout son potentiel avec l’humour qui va bien et des Braves vous accompagnant que l’on a envie de suivre jusqu’au bout.
Si l’histoire tient sur un timbre poste (Zed notre héro zombie veut tuer le Death-tructor Divin, pour une raison que je vous laisse découvrir), c’est l’arrivée de nouveaux personnages successifs et les relations qu’ils auront tous au fil du jeu qui m’a tenu en haleine. C’est vraiment bien trouvé et toujours amené avec humour et dérision. Une habitude dans les productions maisons du développeur. Le Death-tructor Divin d’ailleurs vous allez apprendre à le connaître car vous allez le rencontrer systématiquement à chaque fin de monde traversé. Vous allez mourir et recommencer encore et encore jusqu’à être assez puissant pour le terrasser.
Un boss unique, sans charisme qui fait un peu tache dans cette aventure dans le Sous Monde pourtant bien ficelée.

Pour les amateurs de la licence il n’y aura donc aucune surprise dans Disgaea 6 au niveau du gameplay, car on retrouve toujours un système bien dodu de contenu. Je vous en ai parlé plus haut rien de neuf, mais du coup on a toujours cette sensation de ne pas utiliser tout le véritable potentiel des options techniques qui nous sont proposées.
Pouvoir changer de classes, le système d’équipement qui est très poussé, les améliorations par centaines de nos objets ou de nos héros, les réincarnations (dont je ne sais pas si elle sont vraiment importantes ou non puisque je ne dois toujours pas bien savoir comment en profiter pleinement) ou encore mini-quêtes par centaines…


Parmi les défauts il y a cette foutue caméra et la lisibilité générale qui viennent entraver le plaisir de jeu. Nous sommes loin de la qualité d’un Fire Emblem ou d’un Shining Force en ce qui concerne la lisibilité sur la map. Zoom, dézoom, rotations parfois rien n’y fait pour que les actions soient claires. Alors certes il nous est proposé 4 angles de vues (4 de plus si on enlève la vue isométrique), de voir plus près ou bien du dessus, mais jamais le rendu n’est véritablement clair. C’est confus et on se retrouve souvent à tâtonner pour placer son curseur sur le bon personnage. Et puis il y aussi cette IA qui nous place parfois la caméra derrière un mur durant des attaques simples. Pourquoi !!?? Pourquoi ne pas avoir proposé une caméra libre ?
En parlant d’attaques, les magies ou attaques spéciales sont vraiment de toutes beautés et enfin avec une animation en 3D, mais on pourra regretter de devoir les subir à chaque fois (on peut les passer mais seulement une fois quelles sont lancées).
Le chara desing est très sympa et on retrouve bien le style de la série, avec des personnages féminins ou masculins aux formes très avantageuses.

Enfin, parlons de l’IA concernant les combats automatiques (que j’espérais tant et qui sont totalement jouissifs si vous aimez farmer vos troupes !) et qui est fortement conseillé par le jeu lui-même. Cette possibilité n’est évidemment pas à prendre à la légère si vous n’avez pas envie de vous retrouver coincé face à des adversaires coriaces, surtout avec le mode boucle. Cependant sur certaines map, ce mode automatique ne vous sera d’aucune utilité puisque vos personnages sont incapables de se lancer seuls. Oui, vu comme ça… Mais le développeur a tout de même pensé à intégrer de la tactique puisque vous pourrez donner des ordres à vos troupes via un menu dédié dans le Sous Monde. Ainsi vous pourrez privilégier l’attaque, le soin si besoin, la recherche de coffre etc… Très utile dans le monde des objets.


Vous l’avez compris, Nippon Ichi Software s’est contenté du strict minimum dans la partie mécanique du jeu, ce qui est tout à fait compréhensible tant à ce niveau aucun reproche particulier n’est à faire sur les titres précédents. Disgaea 6 est en quelque sorte le croisement naturel entre Disgaea 5 et les + qui ont été ajouté à Disgaea 1 Complete.
Par contre le passage de la 2D vers la 3D pour les personnages pose un petit souci esthétique (car nous sommes très loin de la finesse et de la beauté du 5 par exemple), mais également pose des soucis de visibilité sur la map.
Et pourtant malgré tout ça, le mec (je parle de moi) qui ne voulait plus entendre parler de la franchise Disgaea au bout de dix heures de jeu sur le numéro 6 est finalement prêt à remettre ça n’importe quand tant au final je me suis attaché à l’ensemble.


Genre : T RPG, Tour par Tour, Case par case
Langue : Français
Développé par : Nippon Ichi Software
Edité par : NIS America
Taille : 6453,00 MB
Sortie : 29 Juin 2021
PEGI : +12
Plateforme : Switch, Steam, Playstation 4 (Japon)

Jeu testé sur Switch
Jeu offert par l’éditeur

Vous pourriez également aimer...

3 commentaires

  1. […] Retrouvez notre avis sur le blog ici même […]

  2. […] Avis : Disgaea 6: Defiance of Destiny Notre avis concernant Disagea 6 sur Switch […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.