Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Steam Test XBOX ONE

Avis : Tales of Arise


Presque deux millions d’unités ont été vendues depuis la sortie du jeu en septembre. Pour Namco Bandai, c’est le jackpot. Pour ses 25 ans, la série voulait frapper fort et séduire un nouveau public, plus large. Même si cela devait se faire détriment des anciens fans…

Alors, que vaut cet épisode du « renouveau », vanté par la presse professionnelle comme étant révolutionnaire ?
Et bien, il n’y a pas de quoi se réjouir… Au contraire même, si ce jeu devenait le nouveau modèle de la franchise, il y aurait du souci à se faire…


Tales of Arise est le dixième Tales of que j’ai fait. Comme une majorité de joueurs, j’ai découvert la série avec Tales of Symphonia sur Gamecube, premier épisode à sortir en Europe et à bénéficier d’une traduction intégrale en français et si j’avais du m’en contenter, j’en serai probablement restée là. Oui, car je fais partie des rares personnes n’ayant pas du tout apprécié cet épisode, pourtant culte. Culte au point que beaucoup de joueurs ne sont pas allés plus loin ensuite, proclamant cet opus comme étant l’apogée de la série. Moi, je n’ai pas apprécié ses deux héros débiles Lloyd et Colette (rien que leurs prénoms quoi… non mais au secours…), ni son ambiance Bisournours hors sujet au milieu des tragédies malsaines.
Heureusement, j’ai pu ensuite me procurer l’opus préféré des fans : Tales of Vesperia et tout en conservant les codes propres à la série, celui-ci a su me convaincre que la formule des Tales of pouvait être bonne lorsqu’elle était bien maîtrisée. A partir de là, j’ai pu apprécier tous les autres épisodes sortis depuis, même le très injustement critiqué Tales of Zestiria.



C’est dire si j’attendais la sortie de Tales of Arise, renouveau ou pas.
Et je dois reconnaître que la qualité principale de ce jeu est qu’il m’a donné envie de relancer les anciens Tales of… Symphonia y compris…
Mais alors qu’est-ce qui cloche d’après moi dans ce fameux Tales of Arise, pourtant si acclamé par les masses ?

C’est très simple : tout.
A commencer par son histoire. La presse a fait l’éloge d’un scénario mature (« pour une fois » LOL … Nan mais… changez de métier…), bien qu’un peu trop bavard. Il n’en est rien. En vérité, il n’y a aucun twist digne de ce nom et aucune profondeur. Tout est cousu de fils blancs et cliché de A à Z. Alors encore une fois, je tiens à dire qu’un scénario qui repose sur des clichés éculés n’est pas forcément mauvais par essence, si l’écriture est bonne. Mais ce n’est pas le cas ici. C’est en effet bavard, mais contrairement à Persona 5 par exemple, c’est tout bonnement inintéressant. On a beaucoup de mal à se sentir impliqués dans cette histoire d’esclavagisme qui aurait pu être pertinente si on ne l’avait pas déjà vue dans deux ou trois épisodes de la série déjà… (en particulier dans Xillia et Symphonia) Et pour cause, le coup de l’opposition entre deux peuples « frères » est un thème récurrent dans la franchise. L’originalité n’est pas non plus à aller chercher du côté des personnages qui constituent le casting le plus fade et convenu de la série. D’habitude, les Tales of sont connus pour leurs protagonistes hauts en couleur, aussi bien au niveau du chara design flashy, que de leurs caractères très marqués. Cependant ici, c’est tout l’inverse. Ils ont été aseptisés au maximum pour plaire au plus grand nombre. Ils sont ternes aussi bien physiquement qu’au niveau de leur caractère et aucune alchimie ne se créé entre eux. Or, ce sont les interactions entre les personnages, mises en scènes par les fameuses « saynètes », qui ont fortement contribué au succès de la série.


Mais ici, non seulement les personnages (en dehors de Shione et Alphen, les deux héros) ne parviennent pas à trouver leur place dans l’histoire ni dans le cœur du joueur, mais en plus, l’humour propre à la série est tout bonnement aux abonnés absents ! Alors ok, je sais que cet humour ne fait pas toujours l’unanimité et que beaucoup de joueurs y sont allergiques. C’est d’ailleurs souvent le point principal qui est reproché par les détracteurs des Tales of. Cet humour typiquement japonais, parfois lourd, parfois limite, mais qui, à mon sens, fait l’identité de la série. Certains épisodes reposent même presque entièrement dessus, comme c’est le cas de Tales of Graces, mon préféré. Et bien souvent, cet humour parvient à combler les lacunes de l’histoire en détournant l’attention du joueur. Parce que l’écriture n’a jamais été le point fort de la série et force est de constater qu’Arise ne fait pas exception. On sent que des efforts ont été fournis pour toucher un public plus sérieux, mais en reniant ce qui a fait son identité forte, finalement, ce Tales of Arise, en devient moins mémorable au point qu’il aurait pu tout aussi bien s’appeler « Random JRPG/20 » ou « Final Xenoblade Ocean 6 », tant rien ne le distingue à présent de la concurrence… Encore une fois, l’histoire n’a jamais été le point fort des Tales of, tant elle peut se montrer confuse et encombrée d’éléments inutiles, mais au moins, elle ne pète pas plus haut que son cul et on joue surtout pour les PERSONNAGES et non ce qui peut leur arriver. La nuance est importante.


Parlons à présent du second point qui a été si encensé : le système de combat, se voulant plus dynamique. Et bien pour être dynamique, ça, il l’est ! A tel point qu’il en devient même trop souvent bordélique. Je crois d’ailleurs que c’est ce que j’ai du le plus répéter en jouant « MAIS QUEL BORDEL ! » Les Tales of ont toujours été réputé pour leurs systèmes de combat A-RPG assez peu lisibles à cause d’un déluge d’effets graphiques, mais croyez-moi, comparés à ce Arise, on croirait assister à de l’action sous sédatif ! En effet, le principal problème d’Arise est que l’écran est constamment surchargé d’informations et il est extrêmement difficile de suivre ou de lire précisément ce qui se passe. C’est un problème majeur lorsque le jeu se base sur un système d’esquives qui mise tout sur la précision. Comment parvenir à anticiper les mouvements de l’ennemi et prévoir le bon timing, quand on frôle la crise d’épilepsie et qu’on ne voit rien ? C’est un nom sens total ! Et que dire du système de points de guérison ?
Il agit comme des points de magie, mais au lieu d’être propre à chaque personnage, il est partagé entre tout le groupe et extrêmement coûteux à régénérer. Et cela devient un vrai problème à gérer dans les donjons interminables vers la fin du jeu… ce qui force à revenir en arrière pour se reposer dans des auberges et augmente donc artificiellement la dure de vie du jeu. Faire les donjons d’une seule traite est impossible et pour cause, c’est également en puisant dans ces points de guérison qu’on peut effectuer des actions contextuelles dans les donjons, comme par exemple casser des rochers pour ouvrir un nouveau chemin… Le système de jeu est donc fait de telle sorte qu’on soit constamment à cours de soin pour augmenter la difficulté bêtement aussi. Et comme je l’ai déjà dit, il est difficile de regagner ces précieux points de guérison, étant donné que les objets de soin (type gelées) coutent abusément cher dans ce jeu ! Or, contrairement aux anciens Tales of où on pouvait farmer des Galds en combattant, ici, les ennemis ne nous lâchent plus d’argent. Le seul moyen d’en gagner est de faire les quêtes du jeu (plutôt radines en la matière d’ailleurs) ou de revendre des matériaux/équipements. Dans le même ordre d’idée, les affrontements rapportent peu d’expérience et de PC (points de compétences pour apprendre des techniques actives ou passives.), ce qui, encore une fois, oblige le joueur à faire des quêtes annexes insipides…


Mais je crois que le pire, ce sont les combats de boss. Pas particulièrement difficiles, (à part le second et le quatrième Lord…) mais LONGS. LOOOOOOOONGS ! De vrais sacs à PV qui ne bougent pas ! Vous avez beau taper dedans comme des brutes, ils ne sourcillent pas. Vous ne pouvez jamais interrompre leurs attaques à l’aide d’un enchainement bien placé. Ils vous balayent comme un rien et vous éjectent en plein combo. C’est juste frustrant. D’autant qu’ils ne demandent aucune technique particulière, non, c’est simplement un jeu de patience. Vous les aurez sans éclat, à l’usure. Il y a bien cet espèce de système de point faible qui se veut un peu interactif, malheureusement, comme on ne peut pas cibler un élément de manière précise dans ce jeu de ces morts, c’est totalement inutile… Le perso va taper à côté à chaque fois, mais jamais DEDANS. Pourquoi avoir fait ça ? A quel moment ça fonctionne ? De même, chaque personnage a « son » gimmick de jeu. Sauf que c’était déjà le cas (en moins poussé, certes) dans les autres épisodes, rien de révolutionnaire donc. Mais ce n’est même pas le pire, non.

C’est que l’IA du jeu est très mauvaise et si vous souhaitez être réellement efficace, vous devriez jouer tous les personnages à la fois, ce qui est impossible évidemment. Par exemple, Law se joue sur l’esquive : plus il esquive, plus il frappe fort. Sauf que la machine n’esquive pas assez avec lui et de manière moins précise qu’un joueur, ce qui biaise complètement son efficacité. De même, Rinwell se joue en chargeant ses magies, ce que l’IA ne fait pratiquement jamais… Et quel joueur voudra jouer Shionne, la healeuse et passer son temps à soigner des alliés débiles qui se jettent tête la première sur des murs inébranlables ?

Sur le papier, le gameplay offrait beaucoup de possibilités et de variété, mais dans les faits, c’est raté. On peut bien-sûr customiser les ordres donnés à ses alliés, cependant, contrairement aux anciens épisodes où l’on pouvait établir une stratégie précise par personnage et où cela fonctionnait très bien, ici, on établit… une stratégie par PLACEMENT de personnage, ce qui n’est pas du tout la même chose ! Concrètement, cela veut dire que si vous dites au personnage qui est placé en position n°2 dans l’équipe de se concentrer uniquement sur le HEAL et que vous mettez un personnage bourrin comme Kisara qui n’a aucun soin de groupe à cet emplacement et bien, vous aurez un personnage… qui ne fera rien. Mais alors rien du tout, un plot quoi. Aberrant !!!
En bref, ce jeu a tout faux et ce qui constituait les points forts indéniables de la série a été tout bonnement aseptisé et raboté à l’extrême pour tendre vers l’insipide afin de plaire au plus grand nombre… Les Tales of avaient une identité trop marquée et pour séduire le grand public et gagner des parts de marché, il fallait sortir de la niche. Faire dans le convenu, quitte à se renier…

Alors oui, certes, on retrouve les saynettes, la cuisine, l’action RPG, tout ce qui a contribué à construire la série, mais tout semble avoir été singé pour rentrer dans des cases et ne pas froisser le nouveau joueur, la poule aux œufs d’or tant convoitée… quitte à se mettre les anciens fans à dos…



Je regrette, mais Tales of Arise n’a plus de Tales of que le nom… Je trouvais déjà que Namco Bandai était sur la mauvaise voie avec Tales of Berseria, dont on clamait également qu’il marquait un tournant dans la série. (oui parce que cette fois-là, on était amené à incarner des perso daaarks, moins manichéens, mais en fait, ça ne changeait rien à la teneur ni à la mise en scène de l’histoire ou des situations.)
En bref, j’ai été terriblement déçue par ce jeu. Pour moi, il s’agit du travestissement de la série. On reprend certes les éléments qui ont fait son succès et son unicité, mais on rogne dessus au maximum pour ne pas trop « choquer » le nouveau public visé.
Je pense vraiment que si la série s’entête dans cette voie… (et elle n’aurait aucune raison de ne pas le faire, vu la reconnaissance commerciale que remporte cet opus sans saveur…) elle signe son arrêt de mort et va finir par perdre tout ce qui faisait son originalité et la démarquait de ses concurrents. Dans quelques années, on ne verra plus la différence entre un Tales of et un Final Fantasy, si ce n’est le budget alloué à chacun… et c’est bien dommage… Pourquoi vouloir changer complètement une formule qui a fait ses preuves et s’est bonifiée pendant 25 ans ? L’argent est donc tout ce qui compte… ?
Je ne recommande absolument pas ce jeu aux fans. Quant aux autres, ils peuvent largement trouver mieux ailleurs. (coucou Persona 5… ou même les anciens Tales of) A bon entendeur.


Genre : J RPG
Langue : Français 
Développé par : Bandai Namco
Edité par : Bandai Namco
Taille : 40.31 Go
Sortie : 10 septembre 2021
PEGI : +12
Plateforme : XBox One|Series, Playstation 5|5, PC

Jeu testé sur Playstation 4

Vous pourriez également aimer...

3 commentaires

  1. JRPG QUEEN a dit :

    PS : Je me rends compte que j’ai oublié d’aborder l’aspect technique très propre et la DA générale plus ambitieuse que d’habitude et assez réussie. Musicalement, c’est insipide par contre, aucun thème ne se démarque. Seul celui des combats (avec ses relents de Baten Kaitos) s’en sort bien et reste en tête.

    Et je n’ai pas non plus parlé de l’influence évidente des deux derniers Ys (le VIII et le IX) sur bien des aspects du jeu, en particulier le système de combat, duquel Arise s’inspire sans vergogne, mais sans jamais parvenir a en atteindre l’excellence. Cet opus lorgne davantage du côté du beat’em all a présent que du ARPG a mon sens maintenant.

  2. C’est bien la première fois que je suis d’accord avec un test sur ce jeu !
    « Tales of » fait partie de ces licences de jeu qui m’ont donné envie d’apprendre le japonais pour pouvoir jouer à ceux qui ne sont pas sortie en Europe. J’ai joué à tous les autres tales of, et Arise est celui que j’ai le moins aimés. Je ne l’ai pas eu des sa sortie (une amie m’a envoyé la version japonaise avec le Famitsu et son mini DLC pour Arise). Je pensais vraiment que j’allais aimer vu les premiers test qui sont apparu sur internet… Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, et surtout… l’humour a disparu ! Je pense que Namco a voulu occidentaliser sa licence pour toucher un plus grand nombre de joueurs au détriment des fans. C’est vrai que c’est joli graphiquement mais je ne joue pas aux tales of pour les graphismes… Bref, Arise est une pour moi une grosse déception, et si Namco garde cette trajectoire, ça risque d’être mon derniers tales of.

    1. JRPG QUEEN a dit :

      Hey salut Yo !

      Merci d’avoir laissé un commentaire, ça fait chaud au coeur de se savoir comprise ! J’ai remarqué que pas mal de fans de longue date étaient déçus par ce jeu et n’y trouvaient pas leur compte. Dommage, ça va se finir comme Final Fantasy cette affaire là, à force de vouloir tapiner à tous les coins de rue…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.