documentaire Jeux Vidéo Livres

J’ai lu : Génération SEGA Volume 1 par Régis Monterrin

Petit, ma première SEGA fût la Master System 2. Un formidable souvenir, qui s’il n’est pas ma véritable première expérience avec le jeu vidéo, est le premier véritable appel du pied du médium vers le jeune le garçon que j’étais.

Alors que tous mes autres potes avaient une NES, j’étais là devant mon téléviseur avec Alex Kidd in Miracle World, Sonic, World Cup Italia 90 à découvrir et à rêver devant des graphismes qui avaient de la gueule face à mon Animex à cartouche (déjà interchangeable) la précédente console que l’on avait à la maison.
A l’époque on pouvait trouver des jeux vidéo chez Monoprix à côté du rayon éléctroménager …
Une anecdote d’ailleurs, tellement fan de Alex Kidd in Miracle World lorsque High Tech World est paru j’ai longuement insisté auprès de ma mère pour acheter le jeu alors qu’il y avait Pac Mania et Marble Madness juste à côté… La gueule que j’ai tiré en découvrant cet Alex Kidd totalement coincé chez lui, à mille lieu du jeu de plateforme avec qui je l’ai découvert. L’une des plus grosses déceptions de ma jeunesse !

Mais arrêtons là ces histoires qui ne vous intéressent sans doute pas. Et parlons de ce livre audacieux écrit par Régis Monterrin que l’on a déjà pu lire précédemment avec L’histoire de Rare, L’histoire de Donkey Kong tout deux parus chez Pix N’Love, ou bien encore Générations Jeux Vidéo chez GM Edition.

Alors vous savez que j’aime beaucoup cet auteur, pour ses livres notamment mais également pour ses tweets.
Je trouve le style très lisible et surtout il a une certaine facilité pour rendre ses écrits instructifs et le plus souvent vulgarisateurs.

Ici, pour nous parler de Sega (de Standard Games à la Mega Drive) il en est de même. L’auteur ajoute à son talent de nombreux extraits d’interviews déjà lues dans des magazines d’époque ou bien des inédites avec des acteurs indissociables de SEGA, de Virgin, de Master Games mais aussi de la presse.
Pas besoin de vous dire que Régis à dû passer un temps fou à collecter toutes ces nouvelles informations pour l’écriture de ce bouquin.
Génération SEGA nous explique avec délectation comment Standard Games pionnier américain de la distribution de Flipper est devenu l’un des leaders du jeu vidéo, mais également l’un des novateurs et précurseurs de l’Arcade au Japon (je ne peux que vous conseiller la lecture de La Révolution Arcade de Sega de 1945 à Nos Jours par Ken Horowitz pour étoffer tout ça). Régis Monterrin bien sourcé apporte un regard différent de ce qu’on a pu lire par exemple dans Le Système Solaire de Sega (paru chez Third Edition) en ciblant plus la chose sur ce qu’il s’est passé à l’intérieur de la société et plus particulièrement en France. Il est intéressant de savoir comment SEGA Japon n’avait que faire du vieux continent. On apprend également que la Game Gear a cartonné dans l’hexagone. Durant un long (mais excellent) moment un sujet important est traité, durant l’époque de la Master System et la Mega Drive, il s’agit de la publicité. De vieux souvenirs remontent alors, entre l’écran te demandant de le brancher à une SEGA au cultissime slogan « SEGA c’est plus fort que toi! » et son Punk, on découvre grâce aux interviews des choses nouvelles ou incongrues.
On apprend aussi plus en aval que le directeur de SEGA Hayao Nakayama éprouve une haine sans faille pour son ennemi juré Nintendo. Ce n’était pas juste une petite querelle commerciale.

Tout est ici intéressant car le plus souvent ce sont des choses qui nous sont inconnues. Je pense évidemment à la façon dont SEGA s’est fait un nom dans le monde années après années, entre les problèmes internationaux, les lois, les avancées technologiques, les rachats, les changements de Directeurs, les fusions… Mais c’est surtout sur le territoire français que tout est mystérieux. On pouvait avoir quelques idées avec le livre de Jean Marc Demoly (J’M Destroy) L’Age d’or du jeu vidéo), mais Régis Monterrin lève le brouillard sur pas mal de questions.

Saviez-vous que SEGA s’était lancé dans la vente de télévision ? Un échec cuisant…


En matière de bouquin consacré à SEGA il y a encore quelque temps c’était plutôt le désert. Aujourd’hui la marque qui semble reprendre un peu du poil de la bête, semble également intéresser un public bien curieux à son égard. Il était temps. Fan de la Saturn et de la Dreamcast je n’attends que ça des livres consacré à la firme du hérisson bleu !
En ce moment donc le sujet SEGA intéresse et c’est tant mieux, car il y a beaucoup à dire et à expliquer concernant ce sujet chaud brulant. Comment elle a tout foiré alors qu’elle pouvait enfin rivaliser avec Nintendo après le succès de la Mega Drive ? Beaucoup de zones d’ombres également, car c’est une marque qui n’aime pas trop divulguer les informations ou parler de son histoire.
Des livres donc, qui aujourd’hui tombent comme si il en pleuvait ! Car après ceux parus chez Third Editions et ce petit bijou que je ne saurai que vous conseiller écrit par Régis Monterrin, un autre à paraitre chez Geeks-Line ne devrait plus tarder à arriver chez vos libraires : intitulé SEGA « C’était plus fort que toi » … Tout un programme.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *