Jeux Vidéo The Saturnday's

The Saturnday’s #3


Burning Rangers

Parution : 1998
Développeurs : Sonic Team
Éditeur : Sega
Genre : Action / Plateforme / Simulation de Pompiers
Disponible sur : Saturn
Nombre de Joueur : 1
Nombre de disque : 1
Cartouche Ram : Non
Sortie : Japon / USA / Europe


Burning Rangers est arrivé au début de 1998 au Japon, soit en fin de vie de la console et en fin d’année en Europe, où la console était déjà tombée à l’abandon supplantée par la console grise de Sony et définitivement mise à mort par la N64 de Big N.

Le jeu est réalisé avec le moteur graphique de Nights into Dreams et prouve que la Saturn était capable de gérer la 3D avec brio. Le jeu est clairement magnifique et c’est certainement le plus beau jeu de la console. Les effets de lumière y sont incroyables pour l’époque et l’effet de transparence (assez rare sur la dame noire) sont ici vraiment bluffant. Je pense que sur certaines zones, la Saturn égale voir dépasse la PS1 en matière de 3D. L’eau, les flammes et les reflets en mettent pleins la vue. Il restera toujours les limitations techniques de la machine, avec clipping évidement présents, mais cela reste franchement très acceptable étant donné ce que la console crache.

Vous êtes un Pompier du futur, dont le but ici est d’éteindre les feux présents dans les niveaux. Ici pas questions de tirer sur les méchants, mais de sauver des victimes prisent au piège des flammes.
On débute l’aventure avec Shou Amabane ou Tellis et choisir l’un ou l’autre n’aura aucune influence sur l’histoire du jeu ni même sur son gameplay.
Les niveaux ne sont certes pas nombreux (5 seulement) et vous terminerez le jeux assez rapidement si vous êtes un bon joueurs ( 2 heures ou 3 heures environ), mais le jeu à cette particularité de générer les niveaux de façon aléatoire à chaque fois. Et si vous y revenez après avoir terminé le jeu, la difficulté sera augmenté d’un cran.
Ici, pas de barre de vie, mais des cristaux à récupérer -façon anneaux dans Sonic- ils vous serviront aussi à renvoyer les victimes en lieu sûr.
Après un premier niveau qui vous servira de prise en main, les niveaux suivants seront à refaire plusieurs fois pour délivrer toutes ces personnes en danger (108 au total et parsemées de façon aléatoire à chaque partie).
Les sauts sont automatiques, heureusement car même si la caméra est franchement très bonne, les polygones de l’époque ne permettent pas une extrême précision.
Les boss ? Vous en trouverez en fin de niveau et il faudra les affronter dans une arène.

A l’instar de Nights, Burning Rangers vous fera suer pour obtenir les meilleures notes. Il faudra être rapide et sauver les victimes dans ce dédale de salles enflammées sans faire de boulette pour obtenir le scoring parfait. Pour vous aidez vous pourrez faire confiance à votre radio, qui sur simple pression de la touche Z vous indiquera en temps réel les zones où sont présentes les rescapés et si un danger imminent vous guette.

Alors il bon de savoir et cela ravira les plus compétant d’entre-vous, et surtout les plus assidus, que si vous refaite le jeu plusieurs fois, vous finirez par débloquer des survivants spéciaux. Et oui et pas n’importe qui, puisque dans les décombres vous pourrez rencontrer Claris et Elliot, les héros de Nights into Dreams ou bien encore 14 membres de la Sonic Team. Tout ce petit monde vous refilera ensuite des mots de passe vous permettant de débloquer d’autres pompiers, ainsi que des artworks.

Le jeu à mal vieilli certes, 3D oblige, et cela pique un peu les yeux par moment, mais il reste néanmoins plaisant à jouer et à rejouer. Et puis qu’il est bon pour un amateur de beau jeu d’apprécier pleinement les capacité réelle de cette belle machine qu’était la Saturn.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.