Livres roman

J’ai écouté : L’attentat de Yasmina Khadra

Résumé :

Amine, chirurgien israélien d’origine palestinienne, a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple d’origine et son peuple d’adoption, et s’est entièrement consacré à son métier et à sa femme, Sihem, qu’il adore. Jusqu’au jour où, au cœur de Tel Aviv, un kamikaze se fait sauter dans un restaurant, semant la mort et la désolation. Toute la journée, Amine opère les victimes de l’attentat, avec pour tout réconfort l’espoir de trouver le soir l’apaisement dans les bras de Sihem. Mais quand il rentre enfin chez lui, au milieu de la nuit, elle n’est pas là. C’est à l’hôpital, où le rappelle son ami Naveed, un haut fonctionnaire de la police, qu’il apprend la nouvelle terrifiante : non seulement il doit reconnaître le corps mutilé de sa femme mais on l’accuse elle, Sihem, d’être la kamikaze… Amine ne peut tout d’abord admettre que sa femme, qui n’a jamais manifesté un attachement particulier à la cause palestinienne, ait pu commettre un acte aussi barbare. Pourtant, il doit se résoudre à accepter l’impossible quand il reçoit le mot qu’elle lui a laissé. Alors, pour comprendre comment elle a pu en arriver à une telle extrémité, il s’efforce de rencontrer tous ceux qui l’ont poussée à ce geste fou. Et doit écouter sans répit une vérité qu’il ne peut pas entendre.

Avis :

Je viens de tomber sous le charme de « L’attentat » de Yasmina Khadra car c’est un livre fort de par son histoire, mais aussi de par la plume de l’auteur qui a su me prendre aux tripes. Pour situer, ce livre fait parti d’une trilogie dont les tomes peuvent être lus indépendamment. Notez que les deux autres livres sont « Les Hirondelles de Kaboul » et « Les sirènes de Bagdad« .

Amine, chirurgien renommé, et son épouse Sihem, tous deux d’origine arabe mais naturalisés israéliens, vivent là bas. Leur vie est plutôt réussie jusqu’au jour où tout bascule… Un kamikaze s’est fait exploser dans un restaurant et il y a de nombreuses victimes, dont la femme d’Amine qui n’était pas censée se trouver ici. Que pouvait bien faire Sihem à Tel-Aviv alors qu’elle devait se trouver près de sa grand-mère, loin d’ici et de cette catastrophe. Pour Amine, la descente en enfer débute… Il ne comprend pas, il veut savoir. Son origine fait qu’il est rejeté par les israéliens et il va sombrer. Sa quête débute ici. Il part à la recherche de la vérité en remontant le cours du temps et retrace le parcours de Sihem jusqu’à ce jour funeste…

« L’attentat » est un livre qui met en exergue l’interminable conflit israélo/palestinien. On y découvre un aperçu de la situation vécue là-bas. L’histoire s’emmêle et s’enlace tout en opposant diamétralement ces 2 mondes. Je ne vais pas m’attarder là dessus, vous suivez surement les informations autant que moi, sinon internet foisonne de détails sur le sujet. Mais c’est une tragédie sociale et un chaos psychologique immense qui se joue là bas. Je peux vous assurer que j’ai été captivée par l’intrigue et que je suis encore dans le livre et dans les méditation qu’il amène.

J’apprécie qu’ici, Yasmine Khadra ne prenne pas parti. Il décrit ce qui se passe. Les faits, simplement les faits. Je pense que c’est grâce à ça, à sa façon d’écrire qu’il est désormais l’un des plus grands écrivains contemporain. Son style est émouvant, brillant, descriptif et il arrive à nous plonger dans un monde qui nous est totalement inconnu, du moins pour moi qui n’en connait que ce que véhiculent les médias.

Ici, le personnage principal, Amine, est un Israélo Arabe, chirurgien renommé, avec des qualités humaines reconnues. Lorsque qu’il découvre que sa femme est une terroriste et que c’est elle qui a perpétré l’attentat, il part dans une quête initiatique vraiment dangereuse. Il n’a rien vu, il est passé à côté des activités de Sihem. Il la pensait heureuse. Ce geste est à l’opposé de sa vision de médecin. Pour lui, la vie est précieuse et il doit tout faire pour la sauver. Il ne comprend pas que Sihem ait pu la rejeter, tout en tuant des femmes, des hommes, des enfants… Psychologiquement, vivre une telle chose doit être vraiment terrible, le plus dur étant de ne pas comprendre ce qui a pu pousser l’être aimé à un tel geste. Pour Amine, c’est une véritable trahison, d’où cette envie de chercher à comprendre l’acte, trouver les responsables de la conversion fondamentaliste de Sihem. C’est dangereux, il le sait. Il va replonger dans son adolescence, redécouvrir des lieux qui n’ont plus rien à voir avec ce qu’il a connu à cause de la guerre. On va plonger dans la condition vécue par les palestiniens, découvrir le mouvement djihadiste et avec lui plonger dans la souffrance et la folie des terroristes.

C’est une histoire humaine, une invitation à la réflexion. Après avoir lu se livre, on se pose, on pense à ce qu’il se passe là bas, et à nos vies si tranquilles… On n’entend pas le bruit des bombes, des mitraillettes. On ne cherche pas à tout prix à sauver nos vies et celles de nos proches… Tant que nous ne le vivons pas, nous ne pouvons pas comprendre. On peut juste voir, s’émouvoir, pleurer…

Je ne peux rien ajouter de plus, sauf que j’ai été touchée par ce livre et que je compte découvrir la trilogie entière.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.