Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Switch

Test : Bloodstained – Ritual of the Night [Switch]

PS_NSwitch_BloodstainedRitualOfTheNight_PEGI

Genre : MetroidVania
Langues : Japonais / Anglais 
Sous titres : Français
Développé par : Artplay / Dico / Wayforward Technologies
Edité par : 505 Games
Taille : 6452,94 MB
Sortie : 18/06/2019 (PS4, PC et XBOX ONE)
25/06/2019 (Nintendo Switch)

 


Koji Igarashi (programmeur du mythique Castlevania Symphony of the night et producteur de tous les Castlevania suivants) quitta Konami pour rejoindre la société Inti Creates Co. Ltd ( connue pour les franchises Megaman Zero et ZX sur GBA).

Le 11/05/2015, il lance une campagne Kickstarter afin de promouvoir un nouveau projet lui tenant à cœur : Bloodstained. Le projet fut un succès en terme de participation. Il faut dire que cela fait rêver : Ressortir un Castlevania digne de ce nom et se proclamant digne successeur des magnifiques Castlevania SoN et ceux sortis sur DS notamment Ecclesia.

Avec quelques retards notamment due à une critique sur l’aspect technique, le jeu est enfin sorti avec un version 8 bits de très bonne facture (le test est disponible ici) permettant de patienter.

J’ai préféré (contrairement à certains testeurs) de le finir en débloquant le maximum de choses (Niveau 99, fragments tous découverts, 100 % de la map découverte,….) pour donner un avis objectif.


QU’EST CE QUE CA RACONTE ?

Vous incarnez Miriam, une orpheline élevée par une guilde d’alchimistes. Ils lui font subir une malédiction afin de la faire devenir « cristalliseuse ». En effet, ceci consiste à incorporer à son hôte un cristal au pouvoir démoniaque.Cette opération somme toute dangereuse pourrait lui faire perdre toute humanité.
Alors qu’elle allait être sacrifiée, elle est sauvée et plongée dans le coma.

10 ans plus tard, Miriam est réveillée par Johannes, un alchimiste opposé aux pratiques de cette guilde et est emmenée en Angleterre pour s’opposer à Gebel, un autre « cristalliseur », qui s’est emparé d’un livre permettant de réveiller Baël, le roi des démons.

BloodstainedRitualOfTheNight_06

COMMENT CA FONCTIONNE ?

Au vu du personnage utilisé, on retrouve de nombreuses similitudes avec Shanoa, l’héroïne du dernier et excellentissime CASTELVANIA en mode métroidvania : Order of Ecclesia.

En effet, comme son homologue féminin, Miriam peut, une fois un ennemi battu, récupérer un cristal .
Ce cristal peut conférer à Miriam plusieurs types de pouvoir :
Le cristal de couleur rouge (activable via le bouton Y) permet d’utiliser un pouvoir offensif, invoquer un ennemi… Le cristal de couleur violette (activable via la direction L + Bouton ZR) permet de diriger un pouvoir sur 360° qui peut être défensif, offensif ou se téléporter. Le cristal de couleur bleue (activable via le bouton R) permet d’utiliser une capacité spécifique (ex : la régénération). Le cristal de couleur jaune qui active un pouvoir passif augmentant vos capacités, statistiques, altérations d’état, etc.
Pour finir, le cristal vert vous permet d’avoir un petit copain de route, un familier.
Ils sont au nombre de 5 et permet de vous aider (attaque ou soin). Plus ce familier est en votre compagnie, plus son niveau, puissance et pouvoirs augmentent.
Ces cristaux sont boostables par le biais de l’artisanat. En effet, par le biais de Johannes, cet alchimiste, en fournissant les matériaux nécessaires, récoltés après la mort d’un ennemi, permet de crafter vos nouvelles armes, équipements mais aussi des plats permettant de vous faire regagner de la vie. Les butins laissés par les ennemis (matériaux ou fragments) sont régis par un taux de probabilité. Une fois découvert, il est possible via les archives (dans les menus) de retrouver quel ennemi donne tel ou tel matériau.
Ensuite, nous retrouvons Dominique qui grâce à son échoppe, permet d’acheter les nouveaux équipements crafter sans avoir besoin de les créer via l’alchimiste et d’autres articles.

Concernant le jeu en lui même, nous nous retrouvons devant un metroidvania.
Pour les connaisseurs, passez votre chemin mais pour les non initiés, ce type de jeu est constitué d’une carte composée de salles et le but est de découvrir toute la carte. Évidemment, certaines parties de la carte sont bloquées car votre personnage n’a pas la bonne capacité pour accéder à cette nouvelle zone (Ex : le double saut, pouvoir nager, etc)… Ceci vous oblige de tout explorer et de bien entendu battre les boss, seuls ennemis vous permettant d’obtenir de nouvelles capacités.

BloodstainedRitualOfTheNight_03.jpg

ALORS TECHNIQUEMENT, CA SE PASSE COMMENT ?

Ici, je parle de la version Switch… et je ne vais pas passer par quatre chemins.

C’est moche. Oui, disons que la direction artistique est plus que catastrophique, on est très loin de la série d’origine. On pourra tout de même souligner quelques petits clins d’oeil fort sympathiques mais cela ne rattrapent pas des ennemis peu inspirés et des boss quelque peu énigmatiques et sans vie . Techniquement, on a l’impression de se trouver devant un jeu Playstation 2 en version HD. Les cinématiques font saigner les rétines.
On est loin de l’âge d’or de cette série.

Ensuite, le jeu est buggé, crash continuellement, le chargement est long, par moment, en changeant de salle. C’est totalement inconfortable. Heureusement, je n’ai pas eu de crash qui aurait corrompu ma sauvegarde sinon la cartouche du jeu aurait appris à voler…. Dans tout cette tristesse, on peut féliciter tout de même les compositeurs qui, grâce à eux, nous plonge de l’univers que l’on connaît bien avec de belles musiques. Hormis des baisses de frame rate par moment handicapants et honteux (spéciale dédicace au niveau des 2 tours du dragon), le personne est agréable à prendre en main.

Au niveau de l’histoire, passez votre chemin, c’est guère passionnant. Ensuite, niveau durée de vie, il faut bien une dizaine d’heure pour le finir d’un trait. Pour tout faire, il faudrait par contre une cinquante d’heures.

BloodstainedRitualOfTheNight_01


Alors quoi penser ?

Étant fan inconditionnel des Castlvania et notamment de Symphony of the night et d’Ecclesia, nous nous retrouvons devant un jeu récent d’une autre époque sans pouvoir charmer le nostalgique que nous sommes.

Alors, oui, on retrouve les mêmes mécanismes, un système de crafting intéressant mais l’esthétisme et l’absence de charisme des personnages donne moins envie.

Dommage, ce projet magique faisait rêver et aurait pu nous replonger dans cette époque faste mais il n’en ai rien.


Test réalisé par Kragaan 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.