Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Unboxing

Déballage : Xbox Series S

Parue le 10 novembre 2020 en même temps que la Series X nous voici en possession de la Xbox Series S, la version « low cost » du monolithe noir de Microsoft. C’est grâce à Demooz que j’ai pu faire l’acquisition de cette formidable machine, qui mine de rien cache bien son jeu et ses petits (gros diront certains) handicaps face au monstre de puissance qu’est la Series X. Voilà quelques jours que la consoles est dans mes mains et avant d’en faire une critique complète à paraitre d’ici peu, on va regarder ces caractéristiques et ses formes en détails avec quelques photos.

Je ne vous cacherai pas que la taille à l’ouverture de la boite m’a surpris. Je la savais petite, mais pas à ce point. La machine est assez légère face à celles de sa génération, mais étant donné son volume restreint ses 2 petits Kg peuvent surprendre.

La console est élégante, jolie à regarder et comme sa grande sœur One S All Digitale la finition est soignée. De visu elle surprend un peu et apparait plus volumineuse que celle dont elle descend, mais c’est sans doute dû à la bande noire présente sous la carcasse blanche.
L’aération principale, noire, n’est pas si moche que cela en a l’air. J’ai pu voir sur Twitter circuler des versions où le logo Xbox était dessiné au marqueur, l’idée est vraiment sympa. On peut regretter que cela face un peu massif. Blanc, la ressemblance avec la One S aurait été je pense trop peu marquante et aurait pu pousser à se tromper à l’achat… Déjà que le nom et la boite sont quasiment identiques… Bref !
Le blanc presque intégral fait le travail et donne à la machine un côté épuré que j’affectionne.
Evidemment la comparaison avec la One S est évidente et à côté de la taille plus restreinte, nous retrouvons donc le même plastique au touché. Comme à son habitude, Microsoft aime nous rappeler que les machines sont conçu aux USA (à défaut d’y être fabriquées) et on y retrouve donc le fameux « Hello from Seattle ».

Egalement à signaler, qu’elle semble très solide et surtout très bien équilibrée. Je ne sais pas trop si la qualité d’assemblage est bien présente, ni même comment elle est à l’intérieur, vous m’excuserez de pas l’avoir démontée. Il semble en tout cas certains que lors de futures conventions elle pourra servir … Mais je m’égare…


Comme on peut le voir dans la vidéo et contrairement à la One S, la Serie S est étudiée pour être positionnée à l’horizontale ou à la verticale. Si elle est assez jolie dans les deux positions, c’est enfin un plaisir pour moi d’installer une console debout ! Certes c’était possible avec la 360 et la Playstation 3 Fat (PS2 Fat également), mais pas trop conseillé pour stabiliser sur One et PS4, mais ici c’est une génération qui nous le propose d’office.

Comme la One S, l’accès à l’arrière de la console et de ses ports est très simple (bien plus que sur PS4 Pro notamment), ainsi l’installation se fait de façon naturelle. De plus chaque port est accompagné d’un repère tactile qui facilite le branchement pour les personnes avec déficiences visuelles.

Avant de parler de la manette, place aux caractéristiques techniques, dont pour certains nous reparlerons dans notre prochain article.
Voici le récapitulatif des caractéristiques de la console :

  • 100% digitale (absence d’un lecteur de disque optique)
  • Gaming en 1440p et compatibilité 4K (upscaling)
  • Framerate jusqu’à 120 fps
  • Ray tracing
  • Compatible VRS (Variable Rate Shading)
  • Comaptible VRR (taux de rafraîchissement variable)
  • Latences ultra faibles 
  • SSD NVME personnalisé de 512 Go (compatible avec l’architecture Xbox Velocity)
  • Streaming vidéo en 4K
  • Quick Resume (‘Passage instantané d’un jeu à l’autre)
  • 60% plus petite que la Xbox Series X

Rapide coup d’œil sur la manette, toute blanche vêtue. Un tout petit plus trapue que celle de la One, on ne remarquera pas que certaines touches ont été rapprochées. Evidemment notre regard aguerrie aura lui remarqué enfin l’arrivée de la touche centrale, qui permet non pas de partager immédiatement, mais de faire une impression d’écran ou de stockage de vidéo avec un simple touché ou une pression plus longue. Finie donc les crises de nerfs sur la touche Xbox !!!
Egalement visible au premier coup d’œil la croix directionnelle qui reçoit un changement drastique pour prendre un design proche de celui de la manette Elite. Je pensais trouver ça moyen, mais finalement c’est très ergonomique. Enfin et c’est plus discret, du grip est arrivé sur les gâchettes, mais également sur le revêtement. La prise en main était déjà bonne sur la manette de la One, mais ici cette nouvelle version devient encore plus agréable. De plus la finition semble vraiment être au top.
Je terminerai sur cette information essentielle, ce nouveau modèle fonctionne sur Xbox One S et X, mais c’est également la rétrocompatibilité qui fait foi sur les manettes One, puisqu’elles fonctionnent sur Series S et X !


Voici ce que contient la boîte de la Xbox Series S :

  • La console Xbox Series S
  • Une manette sans-fil
  • Un câble HDMI High Speed
  • Un câble d’alimentation
  • 2 piles AA pour la manette

6 ports sont proposés sur la Xbox Series S :

  • 1 port RJ45 pour brancher la console au réseau
  • 3 ports USB 3.1 (1 en façade, 2 à l’arrière de la console)
  • 1 port HDMI 2.1
  • 1 slot pour la carte d’extension de mémoire Seagate
  • 1 connectique pour brancher l’alimentation de la console

Merci à Demooz et Microsoft

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.