Chronique Musique

Chronique : Foo Fighters : Medicine At Midnight

Court, équilibré, Pop et tranquille, voilà en quatre mots comment résumer simplement ce dixième album de Foo Fighters, qui fête (cela ne nous rajeuni pas) ses 25 ans !

Mais vous connaissez Dave Grohl et sa troupe, Medicine at Midnight n’est pas simplement que ça.
Medicine at Midnight est plutôt court avec ces 36 minutes et seulement 9 compositions, mais Foo Fighters varie ici les plaisirs fleurtant dans des contrés Pop, aérées, plus cool dirons nous, voir Funk, sans pour autant renier son passif.
On se retrouve alors avec une rondelle qui fait dandiner le postérieur autant avec ses compositions Groovy qu’avec ses titres plus rentre-dedans.

On peut pourquoi pas prendre quelques exemples comme ça, juste pour prouver que Dave Grohl a voulu ici nous présenter en quelques titres ses influences majeures, mais il a surtout voulu nous faire du bien (et peut-être se faire du bien également). On peut juste comprendre quel musicien talentueux il est en se baladant ici et là sur Medicine at Midnight. Un disque optimiste qui fait du bien en ces temps troubles, presque à l’opposé de ce que Steven Wilson à proposé avec son dernier album.
« Making a Fire » est Funk et m’a fait penser à Slash’s Snakepit sur son second album, « Cloudspotter » et ses riffs lourdauds mais groovy m’ont rappelé certaines compositions de King’s X, « Medicine at Midnight » qui n’est pas sans nous laisser imaginer un croisement entre Bowie et Josh Homme… Comme le single tant décrié mais finalement efficace ‘Shame Shame ».
« My Son of Mine » véritable hommage à Motorhead et Lemmy respire le Rock n’Roll et on s’imagine un album rempli de compositions de ce type histoire de pogoter chez soi avant de s’assoir et de siroter un bon whisky.
Quant à « Holding Poison » le groupe nous lâche un titre très grunge que n’auraient surement pas renier les pionniers du genre, Soundgarden en tête et bien entendu Nirvana.


Peut-on dire que Foo Fighters se réinvente ? Alors clairement non. Mais la réponse à la question reste pourtant difficile car lorsque l’on écoute certaines compositions on ne peut qu’avouer que le groupe et son leader vont de l’avant …

Foo Fighters n’oublie pas pour autant qui il était ou d’où il vient. Ca fleure bon le 70’s, mais également les années 2000. La preuve avec une composition telle que « Waiting On A War » véritable démonstration de ce que sait faire Foo Fighters.

Medicine at Midnight manque cependant d’hymnes pour devenir un très bon album comme le groupe sait pourtant si bien le faire. Pas de « Best of You » ou autre « The Pretender » ici. Il faudra se contenter de bons morceaux tout simplement.

Un album plaisant.

Groupe : Foo Fighters
Album : Medicine at Midnight
Sortie : Février 2021
Label : Sony Music / RCA Records
Style : Pop, Rock n’Roll,
Lien : Site Web

  1. « Making a Fire » 4:15
  2. « Shame Shame » 4:17
  3. « Cloudspotter » 3:53
  4. « Waiting on a War » 4:13
  5. « Medicine at Midnight » 3:30
  6. « No Son of Mine » 3:28
  7. « Holding Poison » 4:24
  8. « Chasing Birds » 4:12
  9. « Love Dies Young »

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.