Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Playstation 4 Test Steam Test Switch Test XBOX ONE

Avis : Capcom Fighting Collection

Capcom. Capcom, un nom qui pour certains joueurs et joueuses éveillent beaucoup de souvenirs. Des souvenirs de salles d’arcades enfumées (ou pas) où les pièces de 10 francs étaient avalées par des bornes par kilos.

Capcom aime rappeler ses souvenirs à ces (ses) fans que ça soit par le passé en proposant de belles conversions sur les consoles de l’époques (Saturn, 3DO, PlayStation, Dreamcast…) ou bien en sortant moultes compilations regroupant les meilleurs titres des années 80/90/2000.

Cette fois-ci cette énième compilation regroupe dix titres de Fighting VS. Cette fois-ci encore le choix des titres peut laisser place au débat de savoir s’il y avait mieux à inclure ou pas, mais personnellement je ne vais pas cracher dans la soupe.

Certes la société semble vouloir se faire un bon petit billet sur notre dos de joueurs, mais qui pourrait réellement se plaindre de retrouver en 2022 sur nos consoles actuelles des jeux devenus rares, chers ou inédits ?

Pas moi en tout cas.
Possédant presque tous les titres proposés dans Capcom Fighting Collection sur mes Saturn et Dreamcast, c’est avec joie que je vais pouvoir user du stick sur ma Playstation 4 avec des jeux dans leur version Arcade.


Vous pourrez ainsi découvrir ou redécouvrir en version japonaise ou américaine : Hyper Street Fighter II The Anniversary Edition,  Darkstalkers, Night Warriors, Vampire Savior 1 et 2, Vampire Hunter 2, Cyberbots , Super Gem Fighter et Super Puzzle Figther II Turbo !
Une belle brochette à laquelle il manque quelques pépites (Star Gladiator ou bien encore Rival School 2 – que je possède plus d’ailleurs), mais je ne doute pas que Capcom pense déjà à un volume 2.

Comme d’habitude dans les compilation Capcom, l’habillage est vraiment très réussi et les options proposées sont vraiment faites pour plaire à un maximum de personnes.
Vous pouvez régler la maniabilité via à un menu pour les touches. Vous retrouverez évidemment de quoi modifier l’image, si vous préférez avec ou sans effet CRT, les bordures…
En outre et à côté de ces options visuelles vous trouvez des modes pour vous accompagner et vous occuper. On retrouve une galerie d’illustrations, mais également une collection des plus grandes musiques de la société nippone.
Il y a également un système de sauvegarde à la volée vous permettant de reprendre votre progression dans le jeu (limitée à un seul jeu en même temps) mais aussi une fonction reward. Pour le coup, c’est assez discutable sur un jeu de baston, mais pourquoi pas…
Enfin, sachez qu’absolument tous ces jeux sont tous jouables seul ou à deux en local ou en ligne.

Que penser donc de cette compilation qui fait la part belle à des titres que nous européens n’avions pas connus à l’époque. Et oui Si on retire Hyper Street Fighter II, il ne reste pas grand chose de véritablement connu dans notre région. Darkstalkers : The Night Warriors ayant eu tout de même le droit à un passage sur Saturn et Playstation (et PSP). Le reste il fallait aller en salle d’arcade pour les découvrir. L’un d’entre eux (Red Earth) n’a même jamais connus la gloire d’un passage sur consoles. C’est pour ça que l’on aime ce genre de compilation non ?

Justement débutons ce petit tour de la compilation par ce Red Earth (War Zard) qui n’est ni plus ni moins que le premier jeu développé sur CPS III (le système d’arcade de Capcom) et est le premier jeu de l’histoire de Capcom sur support CD-ROM. Ce titre qui est le seul de Cacpom Fighting Collection que je ne connaissais pas est assez surprenant dans son concept.
Il n’existe en effet que quatre personnages jouables, le titre proposant plutôt d’affronter des boss (au nombre de huit) dans le mode histoire (quest). Pour affronter les autres personnages il faudra jouer en mode Versus. Reprenant le principe des RPG, vos personnages accumulent des points d’expérience ce qui leur permet d’obtenir de nouveaux pouvoirs. Les matchs se déroulent en un seul round et la prise en main est assez difficile car les personnages sont assez pataud. Enfin les sauvegardes de Red Reath sortent de l’ordinaire puisque se sont des mots de passes à noter puis à copier avant de reprendre la partie. Un système assez archaïque déjà en 1996, mais qui laissait tout de même la possibilité en salle d’Arcade de revenir plus tard pour reprendre sa partie. Faut-il avoir eu le temps de noter les nombreuses lettres et chiffres…
Techniquement comme je viens de le dire le jeu est assez lourd, mais visuellement il est vraiment magnifique à regarder. Les adversaire sont énormes. Le titre semble d’ailleurs passer pour un grosse démo technique et présenter les capacités du CSP III tout fraichement sorti.

Clairement à jouer on comprend pourquoi Red Earth n’est pas resté dans les souvenirs des joueurs. Et pourtant trois de ses personnages ont été vu dans d’autres productions Capcom (Capcom Fighting Jam, Pocket Fighter et SNK vs Capcom).

Autre titre un peu mystérieux si vous n’avez pas possédé de Sega Saturn, Cyberbots.
C’est un jeu de baston tout ce qu’il y a de plus commun, à la différence près que l’on dirige et affronte des Mechas.

Le titre qui tourne sur CSP II est paru en 1996 et n’est arrivée sur console que l’année suivante.
Six pilotes pour 12 robots, ayant chacun leur technique et coups spéciaux. Rien de particulier à signaler sur ce titre sinon que Robots oblige, les animations sont très lourdes et le jeu en devient assez lent. Il n’en reste pas moins assez fun à jouer et change des titres que l’on connait.
Ici encore Capcom fait du fan service puisque Akuma est disponible en version Mecha sur la version Saturn. D’autres personnages sont jouables ou au minima visible sur d’autres jeux du développeur. On retrouve notamment Devilot en tant que personnage secret dans Super Puzzle Fighter II Turbo. Enfin sachez que tous les robots sont issus de Armored Warriors, un Beat them All maison.

Arrive Darkstalkers et c’est ici que cela devient assez technique. On se demande bien ce qui a pu traverser l’esprit de Capcom avec cette série.


En effet la série a beau avoir débuté avec Darkstalkers puis ses rejetons, les titres de la série se ressemblent tous plus ou moins, avec une partie de personnages différents ou mêmes quelques combattants cachés qui deviennent jouables et un gameplay différent. Huitzil et Pyron absent du roster principal dans Darkstalkers sont maintenant directement sélectionnables dans sa suite et sont également rejoints par Donovan et Hsien-Ko deux petits nouveaux. On pourra remarquer que si Darkstalkers est une exclusivité Playstation de l’époque, sa suite Darkstalkers’s Revenge est quant à elle une exclue Saturn.

En 1997, c’est Vampire Savior: The Lord of Vampire (troisième épisode) qui sort en salle d’arcade. Ce titre voit Donovan, Phobos et Pyron disparaitre alors que Jedah Dohma, Q-Bee, Bulleta et Lilith rejoignent le casting. La Sega Saturn en aura l’exclusivité. Le jeu tourne parfaitement sur la console grâce à la fameuse carte 4Mo.
Toujours 1997, Capcom choisi de sortir simultanément Vampire Savior 2: The Lord of Vampire et Vampire Hunter 2: Darkstalkers’ Revenge. C’est ici que ça se corse. Vampire Savior 2 reprend le gameplay de Vampire Savior: The Lord of Vampire mais y apporte un changement de personnages alors que Vampire Hunter 2 propose un tout nouveau gameplay en gardant les personnages de Vampire Savior. Vous n’avez pas tout compris ? Ce n’est pas terminé puisque Vampire Savior: The Lord of Vampire sera adapté dans la foulée par PlayStation et portera le nom de Darkstalkers 3. Enfin, Capcom publiera pour la Dreamcast une sorte de melting-pot de tout ça avec Vampire Chronicle for Matching Service. Ici le jeu contient tous les personnages de la série mais également les deux styles de combats présents dans les titres originaux.
Enfin sachez qu’une compilation regroupant tout ce petit monde existe sur PlayStation 2.

Ouf.
Cette série très particulière s’est démarqué immédiatement de Street Fighter en proposant des animations bien plus souples mais également plus nombreuses. On remarquera aussi que la série est nettement moins sérieuse que la plupart des autres issues de Capcom, ce qui lui donne vraiment une identité qui lui est propre. Enfin pour la société la série est un véritable vivier de personnages utilisables dans toutes les occasions. Si on retient surtout Morrigan, il ne faut pas oublier Felicia, Demitri Maximoff ou bien encore Baby Bonnie Hood alias Bulleta véritable version démoniaque du Petit Chaperon Rouge.

Passons maintenant aux deux pépites présentes sur cette compilation et dont nous reparlerons très bientôt puisqu’ils sont également dans la compilation Capcom Arcade 2nd Stadium : Super Pocket Fighter 2 et Super Puzzle Fighter 2 Turbo. Deux titres qui sont surtout pour l’un d’entre eux la meilleure chose que vous puissiez découvrir en matière de JV si ce n’est pas déjà fait.

Vous aimez Tetris et Columns ? Vous allez vous affronter à deux comme des chiffonniers à coups non pas de poings ou de tétraminos, mais de gems (gemmes) !
Œil pour œil, dent pour dent, les attaques subies puis reversées seront légions dans ce titre qui s’apprend en quelques minutes et qui laisse sa chance à toutes et tous dès les premiers instants. Un revirement de situation n’est jamais impossible. Cela en fait un jeu bien plus facile d’accès que son compatriote Puyo Puyo sans pour autant en retirer l’aspect technique.
Formez des tas de gemmes de plus en grosses et nombreuses, brisez les envoyez votre plus grosse attaque sur votre adversaire pour le mettre KO.
Le titre fait la part belle aux personnages de Street Fighter, mais également à ceux de Darkstalkers, tous présents en version shibi.
Super Puzzle Fighter 2 Turbo est clairement l’un des meilleurs jeux de ‘baston’ qui existe et il est du fait l’un des meilleurs Puzzle Game auquel vous pourrez jouer. Le genre de titre qui peut facilement convaincre un non joueur de prendre une manette, puis de s’amuser.

Toujours avec des personnages shibi, Pocket Fighter (Super Gems Fighter) propose quant à lui de revoir entièrement le gameplay des jeux de bastons.
Cette interprétation (ou réinterprétation) change de tout au tout la façon de jouer et de découvrir ce qu’est un jeu de baston.
Ici votre jauge de spéciale et scindée en 3 types d’attaques différentes. Vous retrouvez les gemmes rouges, bleues et jaunes qui vous permettent de charger la jauge de leur couleur respective. C’est seulement une fois chargées que ces jauges permettent de balancer un super combo particulier suivant la manip effectuée.
Autre différence, le jeu propose des contrôles simplifiés. Les trois boutons de poing et ceux de pied deviennent un bouton poing, un bouton pied, un bouton spécial et un bouton taunt (provocation).
Une fois encore Capcom a choisi de sonner un ton très humoristique au jeu. Chaque attaque spéciale (ou non d’ailleurs) est un véritable gag. Evidemment le fan service est au rendez-vous et pas uniquement lors de ces Super Move Finish puisque de nombreux combattants sont présents en arrière plan.

Le titre est assez difficile à prendre en main, car cette nouvelle façon de jouer revoit complétement les bases. Il n’en reste que Super Pocket Fighter est tellement fun à jouer qu’il serait dommage de s’arrêter au premier round perdu.


Enfin passons rapidement sur Hyper Street Fighter II, qui n’est au final qu’une vaste compilation de tous les Street Fighter II paru en Arcade. Vous y retrouverez tous les personnages, ainsi que tous les modes de jeu (Turbo, Super… ). En soit il est bien d’y retrouver tous ces SF II dans un seul jeu que d’en tout un tas de version disséminées ici et là dans la compilation.
Certains y verront le moyen par Capcom de replacer leur licence phare, mais il aurait été impossible qu’elle ne soit pas présente.


Capcom Fighting Collection est clairement une belle offre proposée par Capcom. Alors certes l’éditeur et développeur commence quelque peu à tourner en rond. On le verra à nouveau avec Capcom Arcade 2nd Stadium) mais la liste des jeux proposés mérite que l’on arrête et pas qu’un peu.
Maintenant l’offre est également assez sympa ailleurs
. Notamment avec Capcom Arcade Stadium et Capcom Arcade 2nd Stadium qui si l’on regarde bien proposent ensemble plus ou moins l’équivalent à quelques exceptions près.
Finalement pour un gameur qui n’a plus trop envie de sortir ses jeux Saturn (pour leur valeur monétaire ou qui n’a pas les moyens de s’offrir ceux qui lui manquent) et qui en plus à la possibilité de pouvoir jouer sur un écran 2K à des jeux sans bouillit de pixels, il serait clairement dommage de ne pas en profiter.


Genre : Compilation Arcade
Langue : Français
Développé par : Capcom
Edité par : Capcom
Taille : 3.7 Go
Sortie : 24 juin 2022
PEGI : +16
Plateforme : PC, Playstation 4, Switch, XBox,

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. […] Du plaisir de retrouver les Street Fighter Zero par exemple ! Alors oui on retrouve du doublon avec Capcom Fighting Collection je vous l’accorde. Mais ce 2nd Stadium accouplé au premier n’est ni plus ni moins que […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.