Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo The Saturnday's

The SaturnDay’s #20

600px-ResidentEvil_Saturn_JP_Box_FrontResident Evil / Biohazard

Parution: 1997
Développeur: Nextech / SEGA
Editeur: Capcom / SEGA
Genre: Survival Horror
Disponible sur: Saturn / Playstation
Nombre de joueur: 1
Nombre de disque: 1
Cartouche Ram: Non
Sortie: Japon / Euro / USA


Pas besoin de vous refaire le coup de l’historique de cette série désormais mythique dans l’histoire du jeu vidéo. Suffit de voir comment Capcom nous ressort sans cesse de nouvelles versions plus HD que HD et des remake sans fin. Arrive d’ailleurs sous peu la nouvelle version du deuxième épisode de Biohazard sur les consoles next gén, plus belle que jamais, avec une refonte complète du système de jeu.

En attendant que cette merveille -qui donne des cauchemars à Chieze- arrive dans nos maisons et que l’on ai nous aussi peur sous la couette, petit retour sur la version Saturn du premier opus paru un an après la version Playstation.

L’annonce de l’arrivée de Resident Evil sur la dame noire de Sega a été officielle le 17 février 1997, soit le même jour que les prémices d’un futur Resident Evil 2 sur Playstation.
Étonnamment ce n’est pas Capcom qui sera en charge de la mise au monde de ce Survival Horror, mais une petite société du nom de Nextech (qui a aussi bossé sur la conversion de Battle Arena Toshiden sur Saturn, mais aussi de Dino Crisis sur Dreamcast) avec la présence d’une équipe de Sega. Il faut dire que la console n’est pas très simple à maîtriser et que l’aide de Sega himself a du être nécessaire pour éviter une catastrophe concernant les fameux polygones carrés de la console.

La question que l’on peut se poser immédiatement c’est quid des performances techniques vis à vis des capacités 3D de la Playstation ?
Et bien, si on pouvait s’attendre à une débâcle de la part de la Saturn, il faut bien avouer qu’elle s’en tire même plutôt très bien. Si on a déjà vu la Saturn surclasser la console de Sony concernant la 2D et même de temps à autre en 3D (notamment Duke Nukken 3D ou Exhumed), ici le match est plutôt sans vainqueur. En effet, si les polygones sont un peu plus grossiers sur Saturn, la 3D pré-calculée des décors fixes sont un poil plus fins sur cette dernière.
Vous allez me dire que c’est un peu limite comme comparaison. Mais cette version 1997 parue sur la console au nom de planète possède quelques petites choses de plus face à sa concurrente directe, à savoir, que le jeu est plus difficile et qu’il existe un mode supplémentaire où l’on peut tout cartonner sans prise de tête et enfin, il n’est pas du tout censuré. Un plus indéniable, que l’on ne retrouvera sur PS1 qu’avec la fameuse version Director’s Cut.
Usine à gaz la Saturn ? Lorsque l’on voit le résultat on peut se dire que les développeurs ont du s’arracher pas mal de cheveux pour créer ce résultat de qualité.

page43-453px-Playmag_FR_17.pdf

Et cette version japonaise alors ? Est-ce jouable pour le français lambda ?
Si la version Européenne est malheureusement parue avec des voix anglaises et sans sous-titres français (ce qui ne rend pas forcement le jeu attractif pour celles et ceux qui ne parlent pas bien la langue de Disney), la version japonaise elle, est entièrement ou sous-titrée en Katakana. Dur dur.
Heureusement les énigmes ne sont pas insurmontables contrairement à ce que l’on peut s’imaginer. Certaines, comme notamment la salle des tableaux vous feront peut-être perdre un peu de temps, mais sans plus. (Au pire, aujourd’hui il existe bons nombres de sites avec la solution complète, si vous avez des difficultés)

L’histoire des STARS, de la police de Racoon City, de Chris Redfield ou Jill Valentine, de cette horrible nuit dans la maisonnée, le virus etc… tout ça vous connaissez, donc pas besoin de vous faire un dessin : Saturn, Playstation, même aventure, même gameplay, même terreur et frisson et fatalement même ressenti.

Meilleurs vœux, rendez-vous au prochain numéro.

page8-475px-SSM_JP_19970808_1997-27.pdf

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.