Livres

J’ai lu : Alto Braco de Vanessa Bamberger

Dans certaines familles, les secrets restent bien gardés…
Un petit séjour en Aveyron, plus précisément sur l’Aubrac…

Résumé :
Alto braco, « haut lieu » en occitan, l’ancien nom du plateau de l’Aubrac. Un nom mystérieux et âpre, à l’image des paysages que Brune traverse en venant y enterrer Douce, sa grand-mère. Du berceau familial, un petit village de l’Aveyron battu par les vents, elle ne reconnaît rien, ou a tout oublié. Après la mort de sa mère, elle a grandi à Paris, au-dessus du Catulle, le bistrot tenu par Douce et sa sœur Granita. Dures à la tâche, aimantes, fantasques, les deux femmes lui ont transmis le sens de l’humour et l’art d’esquiver le passé. Mais à mesure que Brune découvre ce pays d’élevage, à la fois ancestral et ultra-moderne, la vérité des origines affleure, et avec elle un sentiment qui ressemble à l’envie d’appartenance. Vanessa Bamberger signe ici un roman sensible sur le lien à la terre, la transmission et les secrets à l’œuvre dans nos vies.
Avis :
Avec ce livre, je suis repartie vers mes origines, je suis repartie en Aveyron… Plus précisément du côté de l’Aubrac, dans le coin de Laguiole, vous savez les célèbres couteaux qui ont enfin gagné la guerre de l’appellation. Quel plaisir de m’imaginer des lieux bien connus comme Espalion, Laguiole et ses magasins de couteaux, la cascade du Deroc, le lac St Andéol ou encore le Royal Aubrac qui fut en son temps un sanatorium et ou je me plaisait à faire du patin à glace il y a de cela de nombreuses années… Mais ici il n’est pas question de mes souvenirs d’enfance, mais de la vie de Brune et de ses grands-mères…
Beaucoup d’aveyronnais sont partis à Paris pour tenir bistrots et autres restos, et c’est encore le cas aujourd’hui… Les grands-mères de Brune n’ont pas déroger et sont parties à la capitale pour travailler, plutôt que de devenir ou d’épouser un éleveur de viande d’Aubrac. Car il faut vous prévenir une grande partie de l’histoire tourne autour de l’élevage et de la qualité de la viande. A croire que tout bon aveyronnais vivant sur l’Aubrac doit être éleveur… C’est vraiment ce que laisse penser de roman et c’est assez dommage. Cet angle laisse ressortir un côté rustre des habitants qui ne leur rend pas hommage. Certes, il y a bien quelques personnes comme décrites, mais il y aussi des gens, normaux, différents, autres… En Aveyron comme ailleurs un brassage a eu lieu et les certitudes du 18eme siècle sont aujourd’hui désuètes.
Les paysages sont décrits comme rudes, tout comme le temps… Mais allez faire un tour sur l’Aubrac lorsque les jonquilles sont en fleurs, que le soleil est présent est vous comprendrez que c’est tout aussi vivable qu’à Paris. Certes l’hiver y est plus froid, mais ce n’est pas deux flocons de neiges qui nous font peur à nous les aveyronnais… disons que le département n’est pas bloqué dès que tombent les premiers flocons… Alors qu’à la capitale… Il suffit de regarder les chaînes d’informations tous les hivers.
Mais ce roman est avant tout une belle histoire familiale… Enfin… Belle… Tout est relatif… Belle dans le sens où l’amour est présent. Belle dans le sens où l’entraide est une valeur ancrée chez beaucoup. Belle dans les sacrifices. Belle le soutient… Mais c’est une histoire difficile ou de nombreux secrets et faits sont révélés. La pauvre Brune est malmenée et se retrouve dans la tourmente du passé de ses grands-mères et de sa mère. Certaines révélations vont la conférence aussi directement, et il fait dire que tout n’est pas rose.
Qui aurait cru que Brune la parisienne s’attacherait à un ‘pays’ qui n’est pas le sien au point de vouloir s’y installer, peut-être… C’est un peu comme dans le film « les Ch’tis », on pleure en arrivant et en partant,ais là c’est quand même bien moins drôle.
Je reste donc en demi teinte face à « Alto Braco« . Le côté vieille France consanguine bien trop mise en avant. Mais l’histoire est riche et bien documentée. Un gros travail de fond mais qui n’a pas le côté moderne dont on a besoin aujourd’hui. A recommander aux amateurs de romans du terroir !


 Si vous désirez acheter ce livre et soutenir notre blog cliquez ici

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.