Livres roman

J’ai lu : Kalliopée 1. Le sacrifice d’une princesse de Koko Nhan

Résumé :

Dans un monde où le mariage signe l’asservissement des femmes, Kalliopée, la Princesse de Viridia, est soulagée de se retrouver unie à Karel, son premier amour et le futur roi de Lapisia.

Mais la vie est cruelle et la guerre change les hommes. Lorsqu’elle retrouve l’héritier au trône, celui-ci n’a plus rien du garçon qu’elle a connu. Karel est devenu un homme impitoyable, qui dirige son armée d’une main de fer.

À ses côtés, l’amour ne semble plus avoir droit de cité.

La vie de Kalliopée dans ce nouveau palais s’annonce compliquée, entre complots, vengeances et fiançailles explosives.

Son cœur résistera-t-il au sacrifice de sa liberté ?

Avis :

Encore une excellente lecture addictive. Je me suis couchée tard 2 ou 3 soirs de suite juste pour avancer et terminer ce livre passionnant.

Car oui, « Kalliopée 1. Le sacrifice d’une princesse » de Koko Nhan est vraiment sympa à lire. L’histoire est celle de Kalliopée, princesse de Viridia aux yeux vairons, qui va se sacrifier (et sacrifier sa liberté) en acceptant un mariage arrangé avec le prince de Lapisia dans le but et l’espoir de faire stopper une guerre qui n’a que trop duré. Rien n’est jamais simple vous en conviendrez. La jeune princesse arrive dans un monde qui lui est inconnu, elle est détestée de tous ou presque… et elle va grave en chier ! Coups bas, maladie, guet apens… Son arrivée va la déstabiliser mais elle tente de ne pas se départir de son objectif : changer le monde et la conditions des femmes, car dans ce monde dirigé par les hommes, les femmes n’ont pas droit au chapitre et pire, elles subissent pour les fautes de leurs maris… Mais (car oui, il y a un ‘mais’), elle retrouve celui qu’elle a aimé quelques années auparavant, mais (il y a un re ‘mais’), celui ci n’est plus le même… La colère, la froideur, la violence, ont pris possession de lui.

Juste ça, ça ne vous donne pas envie de lire le livre ?

Histoire classique de la princesse au grand cœur qui veut changer les choses au détriment de sa vie, de sa liberté. Histoire classique d’un monde difficile dirigé par les hommes (c’est toujours compliqué quand les hommes sont au pouvoir vous ne trouvez pas ?). Histoire classique d’un amour qui va se révéler un vrai challenge. Histoire classique de la princesse qui n’en fait qu’à sa tête et qui de ce fait va vivre des moments compliqués.

J’ai vraiment apprécié l’histoire dans son ensemble même si j’ai relevé quelques petites choses par ci par là. Mais on en reparlera plus tard, parce que l’important c’est que ce livre est bon. Un petit point bien sympa et qui se fait de plus en plus, c’est la playlist qui accompagne le livre. Rien qu’avec ça, on voit si l’auteur/trice à de bons gouts musicaux (joke). Dans le cas de Koko Nhan, c’est pas trop mal. On notera Evanescence, Linkin Park, Bring me the Horizon. J’ai même découvert Ursine Vulpine & Annaca, que je trouve super sympa, la voix de la chanteuse donnant des frissons.

Parfois Kalliopée est exaspérante. Toutes les princesses sont exaspérantes dans les livres que je lis ces derniers temps. C’est comme avec les enfants… Ne touche pas aux flames, tu vas te bruler… je te l’avais dit… ici c’est pareil. Non ne te mêle pas à la foule c’est dangereux… Je te l’avais dit…

La condition de la femme est mise en avant dans ce premier volet des aventures de Kalliopée. C’est un sujet qui revient régulièrement. Nous nous émancipons depuis quelques années, mais nous avons besoin de plus. Plus de reconnaissances, plus de libertés, et ne pas être seulement reconnues pour être des travailleuses, des mères, des amantes… Nous voulons l’égalité, et c’est ce que cherche la princesse. Elle montre que les femmes sont des battantes et que même fasse à l’adversité, elles se relèvent afin de remplir leurs objectifs et d’arriver à leurs fins.

Bonne transition pour parler de la psychologie qui est là très puissante. On a déjà parlé de Kalliopée et de son combat, mais les autres personnages ont aussi leur histoire. Karel, qui il y a peu était un ado comme les autres. Aujourd’hui c’est un homme froid à cause de la guerre qui l’a transformé. Il y a le Roi Xerios qui déteste la princesse parce que 2 de ses pairs ont assassiné sa femme et sa fille. Le report de haine est typique dans toutes les sociétés. On le dit régulièrement, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, mais la réaction est très… humaine. Il y le peuple de Lapisia, qui suit le mouvement. le roi déteste, on déteste. et puis la jalouse maitresse… Je ne vous en parle même pas. Heureusement, quelques personnes plus ‘normales’ sont présentes, équilibrant parfaitement tout ce petit monde.

Plus matériellement, dans la version e-book du livre, il manque parfois des mots, il y a quelques fautes notamment au début du livre. Je suis tatillonne je le sais. Mais à mon sens, un livre se doit d’être parfait.

J’ai aussi quelques remarques sur le déroulé de l’histoire. Il me manque des infos qui pour moi pourraient être essentielles, notamment quand Kalliopée est en proie à ses ravisseurs. Leurs desseins sont évidents, ils voulaient la violer et la tuer, mais ne l’ont pas fait. Le soucis, c’est qu’on ne sait pas pourquoi ? Ont-ils été dérangés ? C’est une info qui pourrait nous aider (nous les lecteurs) à mieux comprendre ce qu’il y a eu dans cette ruelle ou les pires choses devaient arriver.

« Kalliopée 1. Le sacrifice d’une princesse » de Koko Nhan est vraiment une découverte sympa. Je ne vous cache pas qu’à l’heure ou j’écris ces lignes, j’ai commencé la lecture du second volume qui il me semble va être aussi passionnant que le premier…

Vous pourriez également aimer...

0 commentaire

  1. […] j’avais adoré le tome 1 « Kalliopée, le sacrifice d’une princesse » dont vous a déjà parlé Angel. C’est donc avec impatience que j’attendais la […]

  2. […] Kalliopée 1. Le sacrifice d’une princesse de Koko Nhan […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.