Livres roman

J’ai lu : L’ange Blanc de Louis Mercadié

Résumé:

Touchés par un mystérieux crime, les habitants du petit village de Saint-Albrac, comme tant d’autres, vont devoir payer un lourd tribut au conflit qui se dessine en cette année 1914. Alors que les hommes tombent sur le front, Pauline veut participer à l’effort de guerre, à sa manière, en allant travailler dans une usine de munitions. mais lorsqu’elle rencontre Guillaume, un jeune médecin, elle décide de le suivre en région parisienne et de se consacrer au soin des soldats blessés. Loin de son village natal et de sa famille, la jeune femme sait qu’elle a trouvé là sa vocation. pourtant, convaincue que l’affreux crime de saint-Albrac n’a pas été résolu, elle ne se départit pas de l’idée qu’elle trouvera un jour le vrai coupable.

Avis :

C’est ma grand-mère qui m’a proposé la lecture de ce livre lorsque j’étais en vacances chez elle en Aveyron. Ce livre, écrit par un aveyronnais, met en avant mon département d’origine l’Aveyron, et mon département d’adoption, l’Aisne.

« L’ange Blanc » de Louis Mercadié est un excellent livre. Il est emplit des horreurs de la guerre, de sentiments, d’amitié, d’amour, de relations familiales.

J’ai été transportée avec ce livre poignant. D’abord chez moi en Aveyron. En 1914, la vie était paisible (elle l’est toujours là-bas d’ailleurs). Les familles vivaient de la terre la plupart du temps. Pauline vivait avec ses parents, son frère et son grand père. Elle y avait ses amis et son galant. La quiétude a été bouleversée par le meurtre de Marie. Un polonais de passage, coupable parfait a été exécuté. Puis la guerre arrive, une guerre dont tout le monde croit qu’elle va être pliée en un rien de temps. Les maris, les fils, les amants partent au front. Les femmes, travaillent deux fois plus. Elles doivent élever les enfants, s’occuper des fermes, travailler dans les usines.

Pauline munitionnette, décidera de suivre son amant au front en devenant Ange Blanc (surnom donné aux infirmiers/infirmières français durant la 1ère guerre). Elle partira dans l’Aisne, mon chez moi actuel. Bien entendu son couple va voler en éclat, Guillaume préférant la politique à la médecine. Pauline vivra de lourds moments, mais c’est une personne solide et forte, et malgré tout ce qu’elle va vivre, restera une femme sans égale.

Ce livre aborde différents aspects de la guerre. D’abord la condition des femmes. On en entend peu parler mais les femmes ont joué un rôle essentiel dans les différentes guerres. « Gardienne du Territoire National » comme les nommaient le Président du Conseil, André Viviani. Rappelons que les chevaux ont été réquisitionnés et qu’elles ont dû composer dans les travaux des champs sans eux. Les munitionnettes travaillent 10 heures par jour dans de mauvaises conditions, les lois sur l’insalubrité des locaux ayant été suspendues en 1915. Elles sont au contact de fumées toxiques, de gaz, de produits corrosifs et de machines coupantes utilisées sans gants. Certaines vont devenir infirmières avec des infrastructures légères au début de la guerre. On peut parler de 1 697 800 morts militaires et civils et 4 266 000 blessés en France. Outre les soins, ces femmes douces vont apporter de la douceur aux poilus. Certaines seront même décorées de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur.

Il restera à la fin de la guerre 630 000 veuves et 760 000 orphelins !!

Les femmes au front, outre leur rôle essentiel de soignantes et de réconfort, seront sujettes aux viols (même si cela n’est pas réellement avéré, nous savons comment se comportent les hommes), aux balles, aux maladies. Pauline connaitra cela. Ce récit est criant de douleur. La douleur de Pauline, mais aussi celle des soldats. Les batailles ont été virulentes sur le chemin des dames. De nombreux hommes sont morts, d’autres blessés dont de nombreuses ‘gueules cassées’. La chirurgie faciale se développera d’ailleurs à cette époque-là.

Elle fera de belles rencontres. de grands soutients durant cette période sombre. Des épaules pour pleurer, amis pour rire, un homme pour aimer…

Ce livre est un hommage aux femmes, une reconnaissance pour tous les soldats, les infirmiers, les médecins, les anges blancs. Ce livre raconte l’atrocité de la guerre. Ce livre est un roman fictif, mais il reste fort !

Merci Mamie de me l’avoir prêté !

 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.