BD Livres

J’ai lu : Mercy, la dame, le gel et le diable T1 de Mirka Andolfo (BD)

Résumé :

Jusqu’à quel point peut-on changer par amour ?

Alaska, fin du XIXe siècle. Hellaine, une femme d’apparence noble et aux origines mystérieuses, débarque dans la petite ville de Woodsburg non loin de l’épicentre de la ruée vers l’or du Klondike, Dawson City. Elle cherche à acheter la concession d’une mine à l’abandon. Car ce que tout le monde ignore, c’est que sous les décombres se cache un lac souterrain donnant accès à une autre dimension peuplée d’êtres cauchemardesques. Hellaine est en réalité l’un de ces êtres. Et manifestement, elle a un plan. Un plan qui va être bouleversé par l’apparition de Rory, une jeune orpheline amérindienne pour qui Hellaine va se prendre d’affection après l’avoir délivré des griffes de son agresseur…

Créée par Mirka Andolfo (Contro Natura), Mercy est l’histoire d’une sorte de Dracula au féminin qui trouvera la rédemption grâce à l’amour inconditionnel d’une fille adoptive qu’elle va rencontrer par accident. Une fable romantique résolument classique mais moderne, où le Grand Nord devient le théâtre d’un fantastique horrifique proche de Entretien avec un vampire

Avis :

Ça fait quelques temps que cette BD me fait de l’oeil. Il me semble qu’au second confinement j’hésitais déjà… Faut dire que la couverture est juste magnifique avec un côté ultra mystérieux qui donne envie de découvrir qui est cette jeune femme. Puis le résumé donne bien envie aussi, et j’adore la période choisie, le XIXe siècle, les belles robes, tout ça, tout ça, et bien sûr des êtres cauchemardesques qui attendent qu’à être découverts.

L’histoire se déroule dans une petite bourgade du nom Woodsburgh. Dans les mines, des crimes affreux ont eu lieu. La mari de Lady Swanson a été tué par… On ne sait pas par quoi… Le mystère reste entier à ce stade !

On se retrouve quelques années plus tard à un enterrement. Lady Swanson est là et n’a pas l’air très appréciée de la population (en même temps ses méthodes sont assez expéditives). Une étrange gamine est aussi présente,elle est toute mimi. On fait aussi la connaissance de Jonathan et de sa soeur, Betsy, prostituée.

Si je parle autant des personnages c’est qu’ils ont l’air d’avoir tous leur importance, notamment Rory la petite fille, que l’on va retrouver régulièrement dans les 64 pages du livre (que 64 pages… mais c’est bien trop court !!!).

Niveau graphisme, je suis sous le charme. C’est beau, c’est beau, c’est beau. J’adore, le dessin, les couleurs. C’est vraiment ce qui m’a attiré de prime abord. Certe, c’est assez sombre, mais ça colle tellement bien à ambiance distillée. Je pourrais passer des heures à admirer le travail réalisé par Mirka Andolfo.

Bien entendu, l’histoire n’est pas en reste. Ce premier volume annonce la suite. Ce sera sombre, sanglant, rempli d’effroi et d’horreur. Nos petites âmes chastes, vont souffrir et se délecter de cette horrible beauté.

On rencontre aussi Lady Hellaine, jeune aristocrate, venant s’installer à Woodsburgh pour affaires. Elle est accompagné de Goodwill, une espèce de majordome. Elle est belle, elle est froide, elle force l’admiration, surtout celle de Rory. C’est lors d’une soirée qu’elle a organisé pour les bourgeois du coin que d’étranges événements vont avoir lieu. Le retour de l’horreur est amorcé, le diable serait il de retour ?

Premier volume qui pose les bases et qui laisse de nombreuses questions en suspend. Qui est Lady Hellaine ? Elle a l’air terrible et l’est lorsqu’elle a faim, se transformant en un être immonde. Qui sont Rory et Jonathan, ces ‘pauvres’ qui l’ont déstabilisée. Qui est ce Goodwill, qui a l’air d’être un humain comme un autre, et pourquoi accompagne t’il Lady Hellaine ? On a encore tellement de choses à découvrir !

Je pense que je vais rapidement aller chercher les volumes 2 et 3 car l’histoire m’intrigue et m’attire. Puis je le redis, c’est une BD juste magnifique.

Voilà donc une BD majestueuse qui met en scène des femmes fortes, des survivors. Elle met aussi en avant le travail des enfants, et leurs conditions de travail, leur sous-alimentation, ainsi que les différences de castes et de couleurs de peau. Il y a tellement de matières et de pistes à explorer que la suite risque d’être addictive.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.