Jeux Vidéo Test Jeux Vidéo Test Switch

Avis : Monster Hunter Rise [Switch]

Est-il encore besoin de présenter Monster Hunter la saga phare de chasseur de bestioles géantes signée Capcom et qui date de l’ère PSP (ou je suis vieux et même plus encore) ?

Après moult épisodes sur de nombreuses consoles dont la Switch (Monster Hunter Generation Ultimate) voici qu’arrive Rise -le premier épisode original sur l’hybride de Nintendo- où vous incarnez comme d’habitude un chasseur (ou une chasseuse). Cette fois-ci cela se déroule sur les terres avoisinant le village Kamura. Comme dans les autres jeux de la licence vous allez devoir accepter des quêtes où il faudra affronter des créatures fortement inspirées des dinosaures. Au fil des quêtes vous rencontrerez des monstres de plus en plus puissants et coriaces. Naturellement il faudra s’équiper en conséquence pour ne pas prendre une déculotté ou bien devoir faire face à la bête durant 30 voir 40 minutes avec une arme en mousse. Enfin sachez qu’il faudra également récupérer un maximum d’items pour pratiquer l’alchimie façon Atelier (moins extrême heureusement) pour booster vos équipements.


Mais l’autre principe de base de Monster Hunter est de pouvoir mener les quêtes en solo ou bien équipe. Et c’est évidemment de pouvoir chasser à plusieurs qui fait le charme du titre et qui en a fait un jeu culte, d’abord au Japon, puis en occident plus récemment.

Sachez que Rise poursuit l’héritage de World. Et pourtant au début on pouvait craindre le pire avec la puissance de la Switch et les intentions de Capcom de surfer sur la folie World en proposant un titre bâclé et avec peu d’intérêt, bref on s’attendait à un World édulcoré.
Et bien faux, il est clairement dans la même mouvance, à savoir peut-être plus friendly et plus accessible mais il reste malgré tout très ressemblant en terme de gameplay. Des éléments de World on été retirés, mais Rise en ajoute de nouveaux qui lui sont propres, ce qui globalement rend les deux jeux très proches. Capcom a donc réussi à concilier un jeu nouveau et sans doute destiné à des nouveaux joueurs, mais également à garder des pièces maîtresses du gameplay pour que les fans soient dans un univers connus et rassurant.

Peut on dire qu’il s’agit du meilleur Monster Hunter pour débuter la série ? Aucun doute car en plus de donner de plus en plus envie en avançant dans le scénario, il est également le plus facile en terme de difficulté pure. On retrouve ici un Monster Hunter Rise, qui se veut très permissif, même en solo, et à quatre est ridiculement easy pour un amateur, mais loin d’être rébarbatif pour un nouveau venu.
Heureusement, il offre un peu plus de challenge sur la fin, mais ça reste un peu trop léger compte tenu du passé exigeant de la série à ce niveau là… A voir si de futurs DLC changeront la donne ou si un « rééquilibrage » est prévu.

Comme me le signale Phanboy, un expert qui m’a beaucoup aidé pour écrire cet avis et que je remercie encore et encore, même si ça je l’avais remarqué, le titre nous assomme littéralement de tutos dès le début du jeu, et ils sont très obscurs et vraiment peu clairs. J’ai d’ailleurs mis un temps fou à comprendre comment utiliser la toile, avec l’action « d’accrochage » des Monstres à l’aide du Filoptère. Il m’aura fallu pas mal de combats face à de gros monstres pour piger son utilisation et surtout quand l’utiliser. Du temps de perdu face aux bêtes, car l’utilisation de ces techniques fait gagner un temps précieux. C’est dommage, car le tuto est plus compliqué à déchiffrer qu’à exécuter au final, ça peut être un peu décourageant, car il y a beaucoup de choses à lire et à retenir, or c’est mal souvent expliqué.
Le filoptère vous permet également de vous accrocher pour effectuer des actions en plein air ou bien de grimper sur les collines environnantes.

A côté de vous, un nouveau compagnon de chasse. Le Chumsky, une sorte de grand chien qui peut vous emmener rapidement n’importe où en grimpant sur son dos ! Tout comme votre inséparable Palico, le Chumsky pourra participer à la bataille.

Parmi les nouvelles mécaniques de combats, arrivent également les attaques élémentaires qui le cas échéant peuvent infliger des fléaux-élémentaires au monstre. Feu, eau, glace et foudre sont donc à composer face à vos adversaires, mais il vaut mieux que votre équipement soit complet. C’est à dire qu’équipé intégralement avec une armure Feu pourra ajouter un bonus entre +1 et +3 sur les résistances élémentaires.


Monster Hunter Rise propose à travers ses graphismes de très bonne volées pour la Switch un voyage magnifique dans les terres de Kamura qui semblent être fortement influencées par le Japon médiéval. D’ailleurs l’OST qui accompagne vos périples sont vraiment de très bonne qualité.
Vraiment Capcom a réalisé un travail phénoménal pour la Switch. Des concessions intelligentes ont été faites, ce qui rend le jeu fluide aussi bien en mode docké qu’en portable, même si on a que du 30 FPS. Pas d’alliasing, pas de ralentissement notable, c’est propre et les animations des monstres sont vraiment très réussies. On ressent bien ce côté « viscéral » et crédible, très organique qui se dégage des ennemis. De vrais animaux sauvages impressionnants en terme de design et plutôt variés également. Ce sont vraiment eux les stars du jeu. On ne peut donc que saluer une fois de plus (idem que World), le fameux RE Engine qui fait encore des merveilles techniquement.

Pour voir le bout du jeu, il vous faudra environ 60 heures ce qui est tout à fait raisonnable pour ce genre de jeu, mais cela est sans compter évidemment les futures mises à jours à venir de la part de Capcom.


Pour conclure on retiendra également que Monster Hunter Rise possède un online très stable qui rame pas et où on ne rencontre pas de déconnexions intempestives. De même il y a pas mal d’activité dessus avec beaucoup de joueurs prêts à en découdre en équipe.
Côté points négatifs, car il y en a, même si on en a très peu parlé. Tout d’abord le peu de monstres disponibles à l’heure actuelle. Ils sont moins de 40 (c’est maigre pour la série) avec beaucoup de simples redites (les mêmes monstres avec juste des couleurs différentes). Nul doute que cela s’arrangera avec les mises à jours, dont certaines semblent être prévues déjà à la fin du mois avec du contenu supplémentaire. Enfin, parlons peu, mais parlons en tout de même, Monster Hunter Rise nous propose un scénario totalement OSEF, avec en sus nettement moins de « mise en scène » que dans World. Il faut dire qu’un gros effort avait en effet été fourni de ce côté-là, le jeu se voulant clairement plus grand spectacle, mais peut-être parce qu’il exploitait les possibilités techniques plus solides des PS4/PC/XBox. Heureusement le contenu à venir ainsi que le online entre potes nous donnerons plus envie de reprendre une partie que ce scénario.


Genre : Chasse aux Monstres
Langue : Français
Développé par : Capcom
Edité par : Capcom
Taille : 7320,00 MB
Sortie : 26 Mars 2021
PEGI : +12
Plateforme : Switch

Vous pourriez également aimer...

1 commentaire

  1. […] Hunter Rise était sorti le 26 mars 2021 et je l’avais fait à l’époque (vous pouvez retrouver l’avis ici même). On peut dire que je l’avais plutôt apprécié, mais que j’étais resté un peu sur ma […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.